andreypopov / 123RF

Un rapport soutient que le modèle de conseil hybride humain/algorithme est la voie de l’avenir.

Selon une étude de la société de conseil Accenture, les entreprises qui fournissent aux clients des outils numériques tout en leur donnant accès à des conseillers humains ont de meilleurs résultats que celles qui ne se servent que des uns ou des autres, rapporte Advisor.

L’étude, intitulée « On the Front Foot », soutient que le modèle de conseil hybride est la voie de l’avenir. Plutôt que de disparaître avec l’avènement des robots, les conseillers traditionnels préserveront une part importante du travail de conseil, et ce, de manière à satisfaire au mieux les clients.

L’automatisation supprimera en revanche la plupart des tâches à faible valeur ajoutée telles que le profilage des clients et la modélisation des divers scénarios. En conséquence, les conseillers auront besoin de qualifications plus avancées, dans des domaines tels que la planification fiscale par exemple, pour demeurer pertinents.

LA FIN DES COMMISSIONS?

« Les conseillers devront probablement offrir des services différenciés, tels que la planification financière basée sur les objectifs, qui pourraient ajouter de la valeur au-delà de la simple gestion des actifs », indique le rapport, qui précise que ces services devraient être « tarifés en conséquence ».

L’étude prédit que les incitatifs basés sur les commissions disparaîtront au profit de salaires annuels pour les conseillers.

Quant au personnel de soutien et de recherche que les institutions financières emploient aujourd’hui, il y a de grandes chances qu’à terme, l’intelligence artificielle (IA) ait un impact sur lui, indique le rapport. Les robots joueront en effet un plus grand rôle dans la surveillance des marchés, la génération de rapports personnalisés pour les clients et la recherche de modèles liés aux décisions d’investissement des clients.