Photo : Kirati Kaicharearn / 123RF

Seule, l’analyse fondamentale ne permet pas de bien évaluer les risques, dit Éric Morin, analyste principal pour Gestion d’actifs CIBC.

Cliquez ici pour entendre l’entrevue complète en baladodiffusion sur Gestionnaires en direct, de la CIBC

L’expert dit baser ses décisions d’investissement à la fois sur l’analyse fondamentale à long terme et sur les facteurs cycliques à court terme.

« Notre analyse fondamentale est basée sur la recherche macro-économique et quantitative. Par exemple, notre publication des rendements à long terme nous donne des prévisions sur les principales catégories d’actif, basées sur des facteurs macro-économiques tels que la démographie, les politiques monétaires et la productivité. La principale conclusion de ce document est que les actifs financiers dans les économies émergentes sont beaucoup plus attrayants à long terme », dit Éric Morin.

Mais la simple analyse structurelle n’est pas suffisante, prévient-il.

« Il est très important de comprendre les forces cycliques, et plus précisément de savoir si les risques sont équilibrés entre la hausse et la baisse, ou si les risques à la baisse sont prépondérants. Si c’est le cas, les marchés financiers vont agir de façon plus défensive, différemment de ce que prévoit l’analyse fondamentale à long terme », dit Éric Morin.

Il donne pour exemple la détérioration de l’environnement économique au cours des douze derniers mois. Les taux d’intérêt gouvernementaux ont reculé sous leurs cibles à long terme et les Bourses émergentes sont devenues sous-évaluées par rapport à ce qu’avait estimé l’analyse fondamentale à long terme. Cela illustre selon lui l’importance d’avoir une compréhension des facteurs cycliques.

« Pour un investisseur ou son conseiller, certaines données sont importantes à surveiller afin de bien naviguer dans un environnement difficile sur le plan cyclique, comme les enquêtes PMI (Purchasing Managers Index) ou les données sur l’inflation – surtout américaine. Plus un investisseur a un point de vue favorable sur le cycle, plus il peut avoir confiance dans les éléments fondamentaux à long terme. Dans le cas contraire, il devrait donner du poids à des stratégies plus défensives, plus prudentes. »

Ce texte fait partie du programme Gestionnaires en direct, de la CIBC. Il a été rédigé sans apport du commanditaire.