Photo : mediaphotos / istockphoto

Le gouvernement du Québec a publié la liste des services essentiels en matière financière, qui pourront rester ouverts. Cette liste-ci pourrait être précisée dans les heures à venir.

Afin d’enrayer la propagation de la COVID-19, Québec demande la fermeture ce mardi soir à minuit de tous les commerces et entreprises non essentiels jusqu’au 13 avril, à l’exception des firmes qui fonctionnent par télétravail et des commerçants en ligne.

Dans le secteur bancaire et financier, le gouvernement a indiqué que les services suivants sont essentiels, donc non concernés par la fermeture :

  • services financiers (institutions financières, guichets et autres modes de paiement)
  • services d’assurances (services téléphoniques)
  • services de paie
  • services de comptabilité
  • services reliés aux marchés financiers et boursiers

Les cabinets de services financiers peuvent-ils rester ouverts? Et qu’en est-il des conseillers indépendants? Et l’assurance collective?

Sur Twitter, le conseiller Louis-Philippe Corbeil Girard a interpellé directement l’Autorité, qui lui a répondu : « Le gouvernement du Québec apportera très prochainement des précisions sur les services essentiels, mais tout indique que le secteur financier, y compris le secteur de l’assurance, sont visés comme services essentiels. Nous vous invitons donc à poursuivre vos activités. »

L’Autorité des marchés financiers (AMF) publiait ce mercredi un communiqué visant à aviser la population et la clientèle « que l’Autorité maintiendra ses activités et continuera de veiller à sa mission d’encadrement des marchés financiers et de protection des consommateurs. Les services bancaires et financiers offerts par nos clientèles assujetties comptent également parmi les services jugés essentiels à la population. »

L’organisme ajoute avoir déployé « toutes les mesures nécessaires pour assurer la poursuite de ses activités en télétravail […] » en ajoutant que « nos plans de continuité des affaires sont appliqués de façon à limiter autant que possible les impacts de cette crise sur les différentes clientèles que nous desservons. Nos activités de vigie ont été renforcées et se poursuivront de manière structurée et proactive avec l’objectif de répondre aux besoins de l’industrie et des consommateurs. »

De son côté, l’Association canadienne des courtiers de fonds mutuels publiait un bulletin en forme de questions/réponses afin de répondre aux interrogations concernant les services essentiels. « L’ACFM estime que les activités de ses membres consistent à fournir des services financiers et que ceux‑ci sont, par conséquent, dispensés des ordonnances » peut-on lire. « À ce titre, l’ACFM continuera d’exercer ses activités et de remplir sa mission aux niveaux nécessaires. »