Une avocate qui explique un document à un client.
seb_ra / iStock

Les clients risquent de passer à côté des avantages de certains placements pour se protéger des effets de l’inflation, comme les fiducies de placements immobiliers (FPI), faute de bien comprendre le vocabulaire utilisé par les professionnels, selon une étude réalisée par Invesco auprès de 500 investisseurs qualifiés.

La majorité (60 %) des investisseurs interrogés dans le cadre de l’étude estiment que le moment est propice pour investir dans l’immobilier. Cependant, seulement 46 % sont susceptibles de placer leurs économies dans ce secteur.

Les clients ont de la difficulté à saisir le rôle que l’immobilier peut jouer au sein de leur portefeuille, constate Invesco. La firme estime que certaines expressions utilisées par les professionnels contribuent à détourner les clients de ce type d’investissement.

Lorsqu’on leur a demandé ce qu’ils préféraient ajouter à leur portefeuille pour le protéger contre l’augmentation des prix, seulement 24 % des répondants ont choisi « une couverture contre l’inflation », une expression pourtant employée couramment par les professionnels de la finance.

Une majorité (76 %) de clients ont préféré l’expression « une source de revenu qui peut augmenter pour garder une longueur d’avance sur l’inflation ».

« Le terme « couverture » n’est pas un avantage réel et possède souvent une connotation négative aux yeux des investisseurs », avance Invesco.

« PLUS STABLE » PRÉFÉRÉ À « MOINS VOLATIL »

De même, 61 % des investisseurs trouvaient qu’il était plus avantageux d’investir dans des actifs immobiliers lorsqu’ils étaient décrits comme étant « plus stables que les actions » plutôt que « moins volatils que les actions ».

Les clients préfèrent par ailleurs qu’on leur parle de « revenu de location constant » au lieu de « revenu de location durable », et d’un portefeuille investi « dans différents marchés » plutôt que « dans différentes propriétés ».

« Nous croyons qu’il est important pour les professionnels de la finance de mieux comprendre les communications sur les placements du point de vue du client et qu’avec ces connaissances, ils sont plus en mesure d’informer leurs clients au sujet des placements immobiliers non traditionnels », a déclaré Paul Brunswick, chef d’Invesco Global Consulting.

SAISIR DES OCCASIONS POTENTIELLES

Interrogés sur les avantages de la diversification des FPI, 44 % des investisseurs qualifiés estiment que la diversification « complète » est plus efficace que la diversification « véritable » (29 %) et la diversification « améliorée » (27 %). Seulement 16 % des investisseurs sondés considèrent que la diversification est une priorité en matière de placement.

L’étude révèle par ailleurs que la majorité des investisseurs estiment que la période actuelle est bien choisie pour investir dans des projets technologiques, des immeubles d’appartements ou de banlieue, ou encore des immeubles d’entreposage. Ils sont toutefois moins à l’aise d’investir dans des immeubles commerciaux, de bureaux ou de commerce de détail.

À cause de cela, ils risquent de passer à côté des occasions offertes par les projets technologiques, les bureaux à vocation médicale et les résidences pour personnes âgées, souligne Invesco.

Il est donc important pour les professionnels de la finance de choisir les mots justes pour faire valoir certains avantages potentiels liés à ces types de placement non traditionnels dans un objectif de diversification des portefeuilles des clients.