Jeune adulte assis par terre, un ordinateur portable sur ses jambes et parlant au cellulaire.
Photo : Galina Peshkova / 123Rf

Un des défis actuels des entreprises consiste à créer un milieu de travail inclusif pour les employés de tous les âges et de tous les milieux. La génération Z, qui représente la relève de demain, a des besoins particuliers à cet égard. Voici quelques éléments à prendre en compte pour la rendre heureuse au travail, selon TaskForce.

Les travailleurs de la génération Z, nés entre 1997 et 2012, s’attendent à une expérience de travail rapide, facile, personnalisée et mobile, indique Ravi Swaminathan, fondateur et PDG de TaskHuman, une plateforme de coaching numérique.

Ayant grandi dans un environnement centré sur la technologie, ils veulent être connectés en tout temps et de manière instantanée. Pour répondre à ces attentes, les employeurs doivent s’assurer de leur procurer un accès rapide aux outils collaboratifs tels que Slack, Teams et autres, indique Ravi Swaminathan.

Ils doivent également leur permettre de travailler à distance et de n’importe où, de les laisser adapter leur horaire de travail à leur style de vie et leur offrir de la formation et du coaching individualisés.

Élevé à l’ère de la personnalisation de l’expérience client, les Z veulent retrouver l’expérience offerte par les plateformes numériques telles que Netflix, Spotify et Amazon dans leur milieu de travail. Les employeurs ont donc intérêt à personnaliser leurs programmes d’avantages sociaux et leurs politiques de travail plutôt que d’offrir des programmes mur à mur. Ils peuvent par exemple offrir l’apprentissage d’une nouvelle langue et du coaching en leadership, en plus de cotiser aux régimes de retraite et de rembourser certains soins de santé.

La santé mentale est un autre aspect important pour attirer et retenir les employés de la génération Z, qui sont plus stressés que les autres groupes d’âge, selon un rapport de l’American Psychological Association.

Ravi Swaminathan prône une culture d’intégration travail-vie privée « qui prend en compte la version 24 heures sur 24 de l’employé, pas seulement la version 9 à 5 ». Cela implique d’autoriser par exemple les employés à s’absenter pendant la journée de travail pour faire une course ou assister à une activité de leurs enfants. « L’employeur fait confiance à l’employé pour accomplir son travail, tandis que ce dernier est plus heureux, en meilleure santé et plus présent sur tous les plans », illustre le PDG.

Les travailleurs de la génération Z accordent une grande importance aux pratiques de l’entreprise en matière d’éthique, de diversité et d’inclusion, ainsi qu’à son impact social, signale l’entrepreneur. Les employeurs doivent donc veiller à leur fournir de l’information transparente à ce sujet et à la rendre accessible via un appareil mobile.

Les employeurs qui s’efforcent de répondre aux besoins physiques, émotionnels et mentaux des employés de la génération Z gagnent leurs talents, leurs efforts et leur loyauté, souligne Taskforce. Ils accumulent aussi des points pour se démarquer dans la course aux talents auprès de la relève.

27 %

des membres de la génération Z déclarent que leur santé mentale est « passable ou mauvaise ».

Source : American Psychological Association