Photo : Dmitrii Shironosov / 123RF

Les femmes sont de plus en plus nombreuses à postuler au titre de CFA, mais les employeurs doivent faire leur part pour leur assurer de meilleures perspectives professionnelles.

C’est le message que lance Margaret Franklin, la nouvelle présidente et chef de la direction du CFA Institute. Mme Franklin est la première femme et la première Canadienne à diriger cette association internationale de professionnels de l’investissement. La mission de cette organisation rassemblant 170 000 membres du monde entier est de promouvoir de hauts standards de qualité dans l’industrie. Le CFA Institute délivre notamment le titre d’analyste financier agréé (CFA). 

« Le nombre de femmes en finances n’est pas encore satisfaisant », juge Margaret Franklin, qui a accordé une entrevue à Conseiller lors de son passage à Montréal pour la conférence Women in Investment Management.

PROGRESSION CONSTANTE

Mais Mme Franklin se dit toutefois optimiste en voyant la tendance actuelle. De plus en plus de femmes se présentent aux examens nécessaires à l’obtention du titre de CFA, constate-t-elle.

Au CFA Montréal, la proportion de femmes est ainsi de 17 %. Mais le nombre de candidates augmente année après année, passant de 22,8 % en 2013 à 26,5 % en 2018. Le rythme de croissance des candidatures féminine est ainsi deux fois plus élevé que les candidatures masculines.

Cette progression reste inférieure aux chiffres internationaux, où 39 % des candidats sont désormais des candidates. Mais même au niveau mondial, seuls 19 % des CFA sont des femmes.

OFFRIR DES DÉVELOPPEMENTS PROFESSIONNELS

Il est possible d’accélérer cette tendance, croit Margaret Franklin, pour qui « il est important de s’assurer que les femmes sont conscientes des occasions qui existent pour elles dans le secteur de l’investissement ».

Les employeurs ont un rôle important à jouer également. Mme Franklin les invite à se soucier de la manière dont ils peuvent retenir les femmes dans l’industrie. « Les employeurs doivent être eux-mêmes conscients des stratégies possibles pour offrir un développement professionnel aux femmes », pointe Mme Franklin.

De son côté, Margaret Franklin assure que sous son mandat, le CFA Institute fera sa part en veillant à la visibilité de la place des femmes dans l’industrie. Mme Franklin souligne que sa nomination est en soi un signal donné aux femmes de l’industrie.