Une conseillère discute avec une cliente.
Photo : kate_sept2004 / istockphoto

« Redoubler d’efforts pour combler les écarts entre hommes et femmes avantagera également les consommateurs de produits et services financiers », affirme Judith Robertson, commissaire de l’Agence de la consommation en matière financière du Canada (ACFC), dans un communiqué publié à l’occasion de la Journée internationale des femmes.

Cette année, alors que le thème de cette journée est « Briser les préjugés », Judith Robertson rappelle les avantages générés par la présence de femmes dans les directions et l’importance de l’égalité des sexes.

Soutenue par l’ACFC, elle encourage tous les intervenants de l’écosystème financier à adopter des approches et à adapter les programmes aux femmes. La Stratégie nationale pour la littératie financière de l’ACFC favorise justement un écosystème financier accessible et inclusif, particulièrement pour les membres qui sont confrontés à divers obstacles en raison de leur situation personnelle, notamment les femmes.

Les entrepreneures essuient ainsi plus de refus face à leurs demandes de financement que les hommes en plus de souvent recevoir des montants inférieurs. Sans compter que les femmes ont été davantage touchées financièrement et professionnellement par la pandémie.

Il est temps d’adapter les activités pour aider les femmes et accroître leur résilience financière.

MACKENZIE LANCE DE NOUVELLES INITIATIVES

Les institutions financières ne sont pas insensibles à cette réalité. Placements Mackenzie compte ainsi verser la somme additionnelle de 500 000 $, au cours des cinq prochaines années, à des organismes de bienfaisance canadiens qui cherchent à appuyer la sécurité financière des femmes défavorisées par le biais de son programme communautaire Mackenzie Ensemble.

De plus, dans l’optique d’aider le secteur de l’investissement à mobiliser davantage les femmes, la firme a conclu un partenariat à but éducatif avec l’établissement Ivey Business School. Mackenzie crée ainsi un programme destiné aux femmes dans le domaine de la gestion d’actif pour inciter les femmes à se lancer dans cette carrière.

Dès mai 2022, le programme proposera des cours de formation et offrira des stages utiles dans le but de favorisera le développement de femmes douées et motivées qui s’intéressent à la gestion de placements, à la finance et au monde des affaires en général.

« Nous croyons que le seul moyen d’instaurer la véritable inclusion, d’améliorer l’équilibre hommes-femmes dans notre secteur d’activité et de motiver la nouvelle génération consiste à s’investir pleinement dans le changement, a déclaré Barry McInerney, président et chef de la direction, Placements Mackenzie. Notre programme Mackenzie Ensemble a été conçu dans le but de créer un milieu de l’investissement plus inclusif en favorisant la collaboration entre hommes et femmes, et cela englobe les conseillers, les investisseurs et l’ensemble du secteur d’activité. »

L’ICA LANCE UN NOUVEAU GUIDE

De son côté l’Institut canadien des actuaires (ICA), qui reconnait que les femmes actuaires continuent de faire face à des défis en matière de diversité, d’équité et d’inclusion des genres, diffuse son rapport « Les femmes dans la profession actuarielle ? Accroître la diversité de genre, l’équité et l’inclusion dans le domaine actuariel ».

Ce guide fait état des défis auxquels sont confrontées les femmes dans cette profession. Il propose ensuite des stratégies pratiques qui permettront d’améliorer l’environnement de travail pour les femmes et favoriser leurs opportunités d’avancement professionnel.

« L’ICA croit fermement à la réduction des obstacles et à la nécessité d’offrir des opportunités d’évolution équitables pour tous nos membres, déclare Jacqueline Friedland, FICA, présidente de l’ICA. Nous croyons que nos employeurs actuariels, nos partenaires de l’industrie ainsi que nos membres trouveront ce guide utile au moment d’évaluer leurs propres pratiques en matière d’emploi et leur culture organisationnelle sous l’angle de la diversité. »