Photo : olegdudko / 123rfLe nombre de propriétés reprises par leurs créanciers a diminué au Québec en juin par rapport à la même période l’an dernier, selon les plus récentes données de JLR.

D’après les actes publiés au Registre foncier du Québec, 566 préavis d’exercice ont été émis le mois dernier dans la province, ce qui représente une baisse de 3 % comparativement à juin 2017. JLR souligne qu’il s’agit du dixième mois d’affilée durant lequel les préavis ont reculé. Et sur un an, la situation est similaire, puisque les quelque 7 660 préavis publiés représentent une baisse de 8 % par rapport aux 12 mois précédents

Du côté des délaissements, 172 actes ont été enregistrés le mois dernier, soit un nombre plus faible que les 184 cas relevés le mois dernier. Sur un an, 2 293 délaissements ont été émis au total, ce qui représente une baisse de 14 % par rapport aux 12 mois d’avant.

« BONNE TENUE DU MARCHÉ DE L’EMPLOI »

Finalement, en ce qui concerne les avis de vente sous contrôle de justice, la tendance baissière s’est également poursuivie en juin. Un total de 138 avis ont ainsi été colligés par JLR, ce qui correspond à une baisse de 6 % par rapport à à la même période l’an dernier. Sur 12 mois, 1 712 avis ont été publiés, soit une diminution de 16 %.

Comme chaque mois depuis le début de l’année, JLR attribue ces résultats par « la bonne tenue du marché de l’emploi » au pays, puisque entre mai 2017 et mai 2018, le taux de chômage a diminué de 0,6 % pour se fixer à 5,3 % au Québec, selon les données de Statistique Canada.

« La diminution des mauvaises créances peut aussi être expliquée par la bonne tenue du marché immobilier. Les ventes et les prix médians ont crû sur 12 mois pour les résidences unifamiliales et les copropriétés. Aussi, selon la FCIQ [Fédération des chambres immobilières du Québec], les délais de vente moyens pour les unifamiliales et les copropriétés ont chuté de sept et 14 jours respectivement au cumul des quatre derniers trimestres. Cela donne une option de revente rapide à ceux se trouvant avec des problèmes financiers », analyse la firme.

SITUATION CONTRASTÉE EN RÉGION

À l’échelle régionale, une diminution du nombre de préavis d’exercice, de délaissements et d’avis de vente sous contrôle de justice a été notée dans le Bas-Saint-Laurent, la Montérégie, Lanaudière et la Gaspésie-Île-de-la-Madeleine. La situation est toutefois différente dans les régions de la Capitale-Nationale et de Chaudière-Appalaches qui, elles, ont au contraire vu le nombre de préavis d’exercice augmenter au cours des 12 derniers mois.

JLR rappelle à ce sujet que « lorsqu’une région avec un niveau d’activité immobilière plus faible, telle qu’une région administrative, est analysée, il est important de privilégier les comparaisons sur 12 mois. Un minimum d’observation est en effet nécessaire pour que les variations soient statistiquement significatives. »