Photo : Ineta Alvarado / 123RF

Non seulement l’euro demeure stable face au spectre du Brexit, mais les signes pointent vers une solide reprise, dit Richard Lawrence, premier vice-président, titres à revenu fixe, Brandywine Global (Philadelphie).

Cliquez ici pour entendre l’entrevue complète en baladodiffusion sur Gestionnaires en direct, de la CIBC

« Le Brexit n’a pas beaucoup affecté les devises malgré les négociations qui traînent. L’euro est resté dans une fourchette de 3 % depuis l’été dernier, et la livre sterling a aussi été stable jusqu’à récemment. Les deux devises ont fait preuve d’une résilience remarquable », dit Richard Lawrence.

L’expert dit s’inquiéter davantage des effets du Brexit sur l’économie britannique, et particulièrement sur l’investissement des entreprises. Celui-ci représente une part de moins en moins importante de la croissance nationale.

« On voit clairement les entreprises réduire leurs investissements au Royaume-Uni, et beaucoup d’emplois sont passés de Londres à d’autres centres financiers européens. À long terme, cela pourrait créer un vent contraire pour la livre sterling, et profiter en revanche à l’euro », dit Richard Lawrence.

De son propre aveu, l’expert ignore comment le feuilleton du Brexit va s’achever. Les négociations se poursuivent entre les partis politiques britanniques en vue de la nouvelle échéance du 31 octobre (qui coïncide avec l’Halloween, note-t-il) et selon lui, les devises devraient rester stables au moins jusque-là.

« Mais le Brexit n’est pas le seul facteur à prendre en compte quand on analyse l’euro. La devise s’est montrée résiliente depuis plusieurs mois malgré la faiblesse des données économiques, alors qu’elle aurait très bien pu chuter. Nous croyons que cela présage un meilleur environnement économique en Europe. La Chine va notamment jouer un rôle car elle est un partenaire très important pour le continent, et son gouvernement multiplie les initiatives de relance. Cela va profiter à la zone euro et c’est ce que reflète le cours actuel de la devise », dit Richard Lawrence.

Selon lui, l’Europe traverse actuellement les balbutiements d’une reprise solide, qui devrait surprendre les investisseurs dans les prochains mois.

« Les choses sont en train de rebondir, même si ce n’est pas encore de façon marquée. Je crois qu’une des surprises de l’économie mondiale d’ici la fin 2019 sera la reprise économique en Europe. »

Ce texte fait partie du programme Gestionnaires en direct, de la CIBC. Il a été rédigé sans apport du commanditaire.