Illustration représentant un symbole de pourcentage et un conseiller semblant perplexe.
Photo : seamartini / 123RF

En offrant aux consommateurs de toutes les provinces, sauf au Québec, d’ouvrir un compte bancaire à fort intérêt, la Banque Laurentienne mène une politique « frustrante » pour les Québécois, estime le Journal de Montréal.

Dans son édition de la fin de semaine, le quotidien montréalais relève en effet que l’institution financière québécoise propose depuis quelques semaines un compte d’épargne « assorti d’un taux d’intérêt exceptionnellement élevé de 3,3 % ». Ce qui l’amène à se poser ces deux questions : d’abord, pourquoi cette offre est-elle disponible partout au pays excepté dans la Belle Province; ensuite, combien de temps une telle stratégie pourra-t-elle tenir la route?

Baptisé compte d’épargne à intérêt élevé (CEIE), ce nouveau produit lancé le 19 novembre est accessible aux consommateurs (presque) d’un océan à l’autre via la plateforme électronique de la banque. Mais les Québécois, eux, devront attendre « quelque part au début de l’année 2020 », déplore le JdeM. La raison? Contactée par le quotidien, la Laurentienne indique avoir voulu mettre sur le marché son nouveau CEIE « par phases ».

« FAIRE LE PLEIN DE CLIENTS AU CANADA ANGLAIS »

Une explication que le Journal accepte mal. « C’est frustrant, sachant que l’offre pour ce type de produit a toujours été moins intéressante au Québec. Ce l’est d’autant plus qu’on doute que le taux puisse être maintenu bien longtemps, et que, lorsqu’il sera abaissé, il le sera partout en même temps », s’insurge-t-il. Pour appuyer son propos, le JdeM souligne qu’« il y a des lunes qu’on n’avait pas vu un taux d’intérêt aussi élevé ». Au passage, il rappelle que chez Desjardins, par exemple, le compte d’épargne similaire propose seulement 1 %, tandis qu’à la Banque Nationale, il atteint 2,75 %, mais pour une période limitée puisqu’il doit retomber à 1 % dès le 1er janvier.

Résultat : les consommateurs qui veulent dénicher un CEIE intéressant sont aujourd’hui contraints d’aller magasiner du côté des banques virtuelles. La Banque EQB offre ainsi un compte à 2,3 %, alors que son concurrent Wealthsimple affiche un taux de 2 %. Ailleurs au Canada, les meilleures opportunités varient entre 2,5 % et 2,8 %.

Avec son offre à 3,3 %, la Laurentienne « cherche évidemment à faire le plein de clients au Canada anglais, un marché où elle était jusqu’à maintenant absente », écrit le JdeM. Toutefois, poursuit-il, un tel niveau ne pourra pas perdurer bien longtemps. Le journal en veut pour preuve que l’intérêt annuel sur les certificats de placement garanti de l’institution financière « ne dépasse pas 2,25 % pour de l’épargne gelée durant cinq ans! » Popularisé au Canada dans les années 2000 par la Banque ING Direct (rachetée depuis par la Banque Scotia et devenue Tangerine), le CEIE est avant tout destiné aux personnes qui souhaitent accumuler des fonds pour réaliser un projet à moyen ou long terme (rénos, voyages, achats importants, etc.) ou pouvoir bénéficier d’une réserve en cas d’imprévu, rappelle le Journal.