Photo : iStockphoto/Dina Damotseva

Les Autorités canadiennes en valeurs mobilières (ACVM) ont publié la semaine dernière un rapport pour marquer le lancement du Mois de l’éducation des investisseurs. Le document offre des conseils pour affronter la volatilité des marchés et éviter les escroqueries tout en recensant des initiatives prises dans différentes provinces.

La parution du rapport La sensibilisation des investisseurs au Canada en 2020 arrive bien sûr dans la foulée de la pandémie de COVID-19. Celle-ci a augmenté la volatilité sur les marchés financiers, notamment avec les reculs massifs des principaux indices en quelques journées, en mars dernier. L’annonce que le président Trump et son épouse ont la COVID-19 un mois avant l’élection présidentielle américaine n’a fait qu’agiter davantage les marchés.

Mais la pandémie a aussi créé un terrain propice aux arnaques. Les escrocs ont profité de la peur et de la confusion des Canadiens pour tenter de leur soutirer de l’argent. Dès le 20 mars, les fraudeurs s’en donnaient déjà à cœur joie.

« La pandémie de COVID-19 et son incidence sur l’ensemble des Canadiens constituent un événement historique sans précédent, a déclaré Louis Morisset, président des ACVM et président-directeur général de l’Autorité des marchés financiers, par voie de communiqué. Les ACVM et leurs membres ont démontré leur capacité à mettre sur pied des projets novateurs de sensibilisation des investisseurs en cette période aussi éprouvante qu’exceptionnelle. »

RÉACTION RAPIDE À LA PANDÉMIE

En février 2019, les ACVM ont lancé une nouvelle approche d’élaboration en continu des campagnes de sensibilisation. Cette nouvelle stratégie a notamment offert la flexibilité au comité sur la sensibilisation des investisseurs (CSI) des ACVM pour mettre rapidement sur pied une campagne qui met l’accent sur les dangers de la fraude en matière d’investissement pendant la pandémie.

Dès le 19 mars dernier, les ACVM ont publié un communiqué enjoignant les investisseurs à se montrer prudents face aux entreprises qui prétendaient offrir des produits ou services pour prévenir, dépister ou soigner la COVID-19. Des publicités sur ce thème sont aussi parues sur Facebook et LinkedIn. À elles seules, les publicités sur Facebook auraient rejoint 1,04 million de Canadiens, enregistré plus de 28 000 clics et suscité 345 réactions et partages. Celles sur LinkedIn auraient touché plus de 476 000 individus, généré plus de 3 400 clics et suscité 723 réactions. Les ACVM ont également mis en ligne une page intitulée « La COVID-19 et la fraude en matière d’investissement » et un centre d’information sur la COVID-19.

L’AMF EMBOÎTE LE PAS

Au Québec, l’Autorité des marchés financiers (AMF) a lancé une campagne télévisuelle de prévention de la fraude, afin de demander aux consommateurs et aux investisseurs de se montrer encore plus vigilants pendant la pandémie. Elle a aussi publié une page d’information liée à la COVID-19, qui met l’accent sur la gestion des finances personnelles en période de crise, ainsi qu’une campagne sur les médias sociaux. 

L’AMF a toutefois dû offrir à distance sa série de conférences destinée aux aînés et à leurs associations. En tout, neuf webinaires ont été présentés à 1 250 retraités. Dans certaines séances, ils étaient plus de 150 participants et participantes, selon l’Autorité. Les aînés ont aussi reçu la trousse Finances personnelles : outils essentiels en période de COVID-19, qui dirige les consommateurs vers des ressources en matière d’investissement, d’assurance, de prévention de la fraude, de budget et de programmes de prestation.

AIDE FINANCIÈRE

L’AMF a aussi offert un soutien financier additionnel à 37 associations coopératives d’économie familiale (ACEF) et associations de consommateurs, de même qu’à trois associations d’aînés. Ces groupes ont été plus sollicités que d’habitude par des Québécois fragilisés financièrement par la pandémie.

En 2020-21, la contribution de l’Autorité à ces associations s’élève à 830 000 dollars, soit plus du double du montant de l’année précédente. Pour y arriver, elle a décidé de raccourcir à quatre ans la période de versement du montant d’aide de 2 millions de dollars annoncé au printemps 2019 et initialement prévue pour cinq ans. Les organismes ont donc reçu l’équivalent de deux années en une.

PAS QUE LA COVID-19

Parce qu’il n’y a pas que la COVID-19 dans la vie, les efforts de l’AMF ne se sont pas limités à gérer les conséquences de la pandémie. Sur un plan plus général, elle a continué d’appuyer les enseignants dans leurs efforts de sensibilisation des jeunes, notamment en créant une zone Enseignants sur son site. On y retrouve des ressources et des activités pour enseigner l’éducation financière et les finances personnelles au primaire, au secondaire et au collégial. Plus de 200 enseignants ont aussi participé au concours On parle d’argent dans ma classe!, permettant de toucher 10 561 élèves.

L’AMF a aussi réagi promptement en organisant une campagne médiatique de sensibilisation sur le vol de renseignements personnels, après la fuite de données majeure dont Desjardins a été victime.