Juge donnant son verdict à la cour.
Photo : nejron / 123RF

L’ex-planificateur financier Robert Morin a été condamné par le juge Gilles Garneau à 316 000 $ d’amendes et une peine d’emprisonnement de 24 mois, comme le rapporte l’Autorité des marchés financiers dans une publication récente.

Après avoir fait l’objet d’une poursuite pénale intentée par l’Autorité, dans laquelle il faisait face à 21 chefs d’accusation, Robert Morin a plaidé coupable à 12 d’entre eux, dont quatre chefs d’accusation d’exercice illégal de l’activité de courtier en valeurs mobilières.

L’ancien représentant, qui a déjà écopé d’amendes totalisant près d’un million de dollars et d’une peine de prison de trois ans en 2016, se retrouve dans des circonstances très similaires puisqu’il a sollicité le placement de plusieurs sommes de la part d’investisseurs dans deux sociétés dont aucun prospectus n’a été déposé.

En outre, au moment des faits, il n’était inscrit à aucun titre auprès de l’Autorité des marchés financiers, suivant sa radiation permanente en 2012, et n’avait donc pas le droit d’agir à titre de courtier. Cette radiation répondait au caractère récidiviste et prémédité des actes de l’ancien représentant.

L’affaire actuelle remet en cause les cas de trois autres personnes auxquelles l’Autorité reproche des infractions similaires : Roger Éthier et Vincent Firth, qui exerçaient le métier de courtiers de façon illégale et sont impliqués dans les investissements sollicités par Robert Morin, et Bernard DeZwirek, à qui l’autorité reproche d’avoir aidé à la pratique illégale du courtier puni.