Photo : Piotr Swat / 123RF

Les membres de Desjardins qui ont réussi à s’inscrire au service de surveillance de crédit d’Equifax ne sont peut-être pas aussi protégés qu’ils pourraient le croire, révèle une enquête de Radio-Canada.

Cinq membres de Desjardins victimes du vol de données et inscrits au service d’Equifax ont effectué une demande de carte de crédit à leur nom sur le site web d’une institution financière. Les volontaires s’attendaient à recevoir une alerte d’Equifax, mais ça n’a pas été le cas.

En fait, des cinq personnes participant à l’enquête, une seule a été alertée par Equifax après qu’elle ait fait une demande pour une carte de crédit à la Banque de Montréal.

Deux personnes ont par exemple demandé et reçu par la poste des cartes de crédit Visa Banque Royale et American Express Mariott Bonvoy, sans qu’Equifax ne les en informe. L’entreprise n’a pas voulu répondre aux questions de Radio-Canada.

LES BANQUES PRÉFÈRENT TRANSUNION

Le problème vient du fait qu’il existe deux agences d’évaluation de crédit au Canada : Equifax et TransUnion.

« Toutes les banques font affaire avec les deux, mais certaines vont privilégier TransUnion pour prendre leur décision de crédit, a expliqué à Radio-Canada le président du Bureau canadien du crédit, Sylvain Paquette. C’est ce qui explique pourquoi des clients vont faire des demandes de cartes de crédit et ne recevront pas d’alerte d’Equifax. »

Contrairement à Equifax, TransUnion détient des informations qui remontent jusqu’à 1990, c’est pourquoi les banques préfèrent souvent s’informer auprès de celle-ci avant de prendre une décision de crédit.

Et rien pour rassurer les membres de Desjardins victimes de la fuite de données, le Bureau canadien du crédit a remarqué que, dernièrement, les fraudeurs faisaient surtout des demandes de crédit auprès d’institutions qui font affaire avec TransUnion.

Desjardins a expliqué être toujours en discussion avec TransUnion pour offrir une protection plus complète aux 2,9 millions de membres touchés par le vol de données. La coopérative affirme qu’Equifax couvre 70 % du marché canadien, et que l’entente avec TransUnion permettrait de couvrir les 30 % restants.

D’ici là, l’ensemble des membres de Desjardins peuvent consulter leur dossier de crédit TransUnion par l’entremise de l’outil « Ma cote de crédit » accessible sur AccèsD. Aucune alerte n’est cependant envoyée aux membres en cas de changements au dossier.

Environ 27 % des membres de Desjardins victimes de la fuite de données personnelles s’étaient inscrits au service d’Equifax en date du 6 août.