Déjà dans le collimateur de l’Autorité des marchés financiers (AMF) et de la justice québécoise et américaine, Dominic Lacroix et Sabrina Paradis-Royer défraient à nouveau la chronique, rapporte TVA Nouvelles.

Soupçonné d’avoir arnaqué des dizaines de petits épargnants à l’aide de la cryptomonnaie PlexCoin, le couple aurait acquis « une rutilante Mercedes » au printemps dernier en utilisant une partie de l’argent d’investisseurs présumés floués, indique la chaîne de télévision.

Or, l’Autorité avait exigé l’an dernier que le créateur du PlexCoin, Dominic Lacroix, cesse d’effectuer des transactions concernant sa monnaie virtuelle. Ce dernier avait alors refusé d’obtempérer et s’était vu infliger, en décembre, une peine d’emprisonnement de deux mois assortie d’une amende de 100 000 dollars.

« UN TRAIN DE VIE FASTE ET LUXUEUX »

Le couple n’aurait cependant pu résister à la tentation d’employer des bitcoins issus d’argent provenant de petits épargnants pour s’acheter un VUS Mercedes GLE d’une valeur de 141 000 dollars, explique TVA, qui cite une récente décision du Tribunal des marchés financiers (TMF) obtenu par son Bureau d’enquête. Ayant également acquis une Tesla S de 186 000 dollars ainsi qu’un roadster T-Rex ZZ Campagna « à partir du même compte de banque où les bitcoins ont abouti après avoir été convertis en dollars canadiens », Dominic Lacroix et Sabrina Paradis-Royer ont ainsi été piégés par leur train de vie « faste et luxueux », indique TVA.

« Ce n’est que lorsque [l’enquêteur de l’AMF] a découvert l’existence et le mode de paiement de la Mercedes GLE par l’entremise du compte bancaire […] détenu par […] Lacroix […] qu’il a pu démontrer que le paiement de dépenses personnelles était effectué à partir des sommes reçues des investisseurs ayant acheté des PlexCoins », précise le TMF dans sa décision.

Au total, l’AMF aurait identifié « pour au moins quatre millions de dollars américains » de fonds détenus par le couple dans différentes institutions financières qui, jusqu’alors, étaient restés dans l’ombre. Cité par TVA, le TMF note à ce propos qu’il est difficile de faire respecter des ordonnances de blocage concernant les bitcoins.

DANS LE COLLIMATEUR DE LA JUSTICE AMÉRICAINE

En effet, souligne le Tribunal, « contrairement à une devise conventionnelle détenue dans un compte d’une institution financière, il n’existe pas de tierce partie permettant d’assurer le blocage de ces fonds. La seule personne qui peut faire des transactions est celle qui détient la clé privée ». Selon les informations de TVA, un peu plus de 300 bitcoins auraient été dépensés par le couple.

La chaîne de télévision indique par ailleurs que les autorités américaines ont obtenu une ordonnance d’une cour fédérale destinée à geler des actifs que possède Dominic Lacroix de l’autre côté de la frontière. En décembre dernier, la Securities and Exchange Commission avait accusé le Québécois et sa compagne d’avoir escroqué des milliers d’investisseurs à hauteur de 15 millions de dollars en leur vendant frauduleusement leur monnaie virtuelle.

À l’époque, le créateur du PlexCoin s’était défendu de ces accusations et avait « réfuté les allégations » concernant la cryptomonnaie. « Certains messages véhiculés par les médias laissent croire que DL Innov [la société qu’il dirigeait] a mis en place un stratagème frauduleux pour dépouiller les acheteurs de la nouvelle cryptomonnaie PlexCoin, ce qui est complètement faux », avait-il alors déclaré.