Homme d'affaires dont la tête est cachée sous un sac de papier brun.
Photo : RichVintage / iStock

La pandémie qui n’en finit plus de finir affecte les Canadiens sur bien des plans. Ils sont plus nombreux qu’avant à affirmer que leur situation financière s’est dégradée à l’automne 2021. 

C’est ce qui ressort du plus récent indice de mieux-être financier publié par Solutions Mieux-être LifeWorks, un fournisseur de solutions numériques de mieux-être global.

Après s’être amélioré au printemps et à l’été, le score a chuté au quatrième trimestre pour se retrouver à -2,3 points sous le score de référence antérieur à 2020. L’été dernier, il se situait à -1,6.

Mince consolation : le score de mieux-être financier du Québec (-1,8 point) reste parmi les plus élevés au pays. Le Manitoba (- 0,1), la Sakatchewan (-0,3) et l’Ontario (-1,4) font toutefois mieux. Ce sont les provinces de Terre-Neuve-et-Labrador (-4,1) et des Maritimes (-6,7) qui ont les scores les plus faibles.

Encore une fois, les femmes obtiennent un score de mieux-être financier inférieur à celui des hommes. À l’automne, il se situait respectivement à -4,1 et -0,6. Ce sont les étudiants à temps plein qui obtiennent le score le plus faible (-13,8).

PEUR D’ÊTRE STIGMATISÉS

L’indice révèle également que 23 % des Canadiens n’osent pas demander d’aide en raison de la gêne et de la peur de la stigmatisation engendrées par leur situation financière précaire.

Plus du tiers (39 %) des Canadiens disent croire que leurs pairs au travail les jugeraient négativement s’ils savaient qu’ils avaient des problèmes financiers. Ils sont 35 % à indiquer qu’ils s’inquiéteraient de l’incidence qu’une situation financière précaire aurait sur leur carrière si les gens au travail le savaient.

Au cours des 12 derniers mois, la majorité (70 %) des Canadiens n’ont pas consulté de conseiller, même si 19 % d’entre eux affirment avoir un besoin d’aide croissant pour la planification de la retraite, et 13 % des participants disent avoir besoin d’aide en matière de placements.

« La stigmatisation financière est un enjeu de taille pour les Canadiens en emploi, et chaque employeur devrait s’en soucier tant sur le plan individuel qu’organisationnel. Gérer ses finances et atteindre un niveau sain de mieux-être financier peut être stressant quand les choses vont bien, mais encore plus

en période trouble comme celle que nous traversons actuellement », affirme Idan Shlesinger, président, Solutions retraite et financières, et vice-président exécutif chez Solutions Mieux-être LifeWorks.

« Bien que de nombreux Canadiens auraient avantage à consulter un conseiller à propos de leur situation financière, plusieurs expriment leur hésitation, ce qui entraîne une autostigmatisation qui se répercute sur leur santé mentale et leur mieux-être global, ajoute-t-il. Il est essentiel que les employeurs comprennent que la situation financière de chaque employé est différente et qu’il importe de leur donner accès de manière proactive à des ressources. »