Photo : Pattanaphong Khaunkaew / 123RF

Les investisseurs doivent préparer leurs portefeuilles pour un ralentissement économique et une stabilisation de l’inflation, estime Luc de la Durantaye, chef des placements, Gestion d’actifs CIBC.

Cliquez ici pour entendre l’entrevue complète en baladodiffusion sur Gestionnaires en direct, de la CIBC

« C’est important de bâtir un portefeuille bien diversifié qui va pouvoir être résilient. Les banques centrales se concentrent encore sur l’inflation et vont probablement générer un ralentissement économique dans les 6 à 12 prochains mois », indique Luc de la Durantaye.

Selon l’expert, le marché obligataire a déjà anticipé une bonne portion de ces prédictions et les taux des titres gouvernementaux sur 10 ans sont au-delà de 3 %, contre un maigre 1,4-1,5 % à la fin 2021. Les titres de sociétés dépassent quant à eux les 4 %, et même 6 % dans le haut rendement.

« Si on présume que l’inflation va retomber à 3 % en 2023, on aura alors des taux réels qui seront positifs, ce qui aidera les détenteurs à conserver leur pouvoir d’achat et à se rémunérer avec leurs obligations. C’est sans parler du rôle important que celles-ci jouent dans la diversification des portefeuilles », note Luc de la Durantaye.

Du côté des actions, on a vu de fortes corrections depuis le début de l’année, mais il faut dire que les prix étaient élevés.

« Les cours-bénéfices sont passés de surévalués à raisonnables. Il reste à voir le type de croissance qui nous attend. Les attentes des analystes concernant les profits des sociétés nous semblent un peu optimistes. Il y a encore des risques à la baisse durant l’été, ce qui amènera des occasions au bout du compte. D’ici là, nous recommandons de rester dans les placements défensifs et de se donner une bonne répartition géographique », poursuit Luc de la Durantaye.

Il pointe notamment la Chine, qui a selon lui une longueur d’avance sur l’Amérique du Nord dans son cycle économique.

« La Chine a déjà connu son ralentissement économique, et avait resserré sa politique monétaire il y a un bon moment. Ils ont eu moins d’inflation que nous, et sont donc en train de restimuler leur économie. Cela donne lieu à un cycle différent qui aide à se diversifier. »

Ce texte fait partie du programme Gestionnaires en direct, de la CIBC. Il a été rédigé sans apport du commanditaire.