juliatim / 123RF

La rémunération reste le facteur déterminant pour être un employeur de choix, plus que les conditions de travail flexibles, selon une enquête d’ADP Canada.

La majorité (88 %) des travailleurs canadiens qui envisagent de changer d’emploi au cours des six prochains mois indiquent que la rémunération est la première motivation qui guide le choix de leur futur employeur, selon les résultats de l’enquête analysée par Avantages.

Face à la nouvelle réalité du monde du travail et à la pénurie de main-d’œuvre, plusieurs organisations ajustent leur modèle de rémunération pour demeurer compétitives.

Plus du quart (27%) des employés signalent avoir reçu une augmentation de salaire au cours des six derniers mois et mentionnent qu’elle n’était pas liée à des objectifs de rendement. Dans plus d’un tiers des cas (37 %), ces augmentations dépassaient 5 %.

Après le salaire, la flexibilité et la satisfaction au travail sont les deux autres principaux facteurs qui contribuent à attirer et retenir les 1 512 travailleurs canadiens questionnés dans le sondage.

« Ces résultats soulignent le large éventail de facteurs qui jouent un rôle dans la rétention des employés, le plus important étant le besoin croissant de flexibilité d’emploi et de rémunération compétitive », affirme Ed Yuen, vice-président, stratégie et impartition des RH chez ADP Canada.

Voici quelques autres faits intéressants qui ressortent de l’étude d’ADP Canada :

  • les travailleurs sont extrêmement mobiles : 24 % des personnes interrogées ont déclaré occuper un nouveau rôle ou un nouveau poste;
  • la majorité (93 %) des répondants se disent heureux dans leur poste actuel;
  • la plupart des employés (90 %) indiquent qu’ils sont satisfaits de leur environnement de travail.

Les attentes des employés continueront d’évoluer au cours des prochains mois, note ADP Canada, en raison de l’évolution du marché et du travail. Les organisations doivent donc prendre régulièrement le pouls des équipes, notamment au moyen de sondages anonymes, afin de surveiller l’évolution des facteurs qui influencent leur niveau de satisfaction.

Alors que beaucoup d’attention est dirigée vers le recrutement, les employeurs ne doivent pas oublier les employés ceux qui sont restés en poste en reconnaissant leur contribution et mettant en place une culture d’appréciation, souligne ADP Canada.