zhaojiankangphoto / 123RF

Les gouvernements nord-américains s’apprêtent à engager de lourdes dépenses pour réparer leurs infrastructures. Ces projets devraient bénéficier aux entreprises engagées dans ce secteur.

Aux États-Unis, le président Donald Trump a dévoilé en février un plan d’investissement de 1 500 milliards de dollars sur dix ans pour les remettre à niveau. Plus de 80% de ce montant sera fourni par les États et par les investisseurs privés.

Au Canada, le gouvernement fédéral a prévu d’investir 180milliards de dollars dans ses infrastructures sur 12 ans, selon l’annonce faite en avril.

DES BESOINS COLOSSAUX

Sur toute la planète, les besoins en investissement sont immenses. La Banque mondiale estime qu’il faudrait investir 94 000 milliards de dollars pour combler les besoins en infrastructures d’ici 2040. Cela représente plus de 4 000 milliards de dollars par an.

Les entreprises spécialisées dans les infrastructures publiques peuvent donc s’attendre à connaître une période faste, souligne Morningstar.

Les firmes canadiennes présentes à l’international, comme SNC-Lavalin, pourront profiter de cette manne.

Les investisseurs eux aussi peuvent se frotter les mains. Même si l’investissement dans les infrastructures peut paraître réservé aux gros joueurs, les plus modestes peuvent aussi tirer leur épingle du jeu.

Les perspectives favorables du secteur des infrastructures arrivent au moment où le secteur technologique connaît un ralentissement, précise Morningstar. Cela pourrait donc favoriser l’intérêt des investisseurs envers les infrastructures.