Panneau de circulation avec l'icône attention.
Photo : trendobjects / 123RF

Pour les grandes banques canadiennes, la volatilité accrue des marchés devrait se traduire par une baisse des revenus tirés des activités de gestion de patrimoine dans les mois à venir, selon Fitch Ratings.

Dans un nouveau rapport, l’agence de notation indique que la plupart des banques ont bénéficié d’une croissance d’une année sur l’autre des revenus de la gestion de patrimoine pour leur deuxième trimestre fiscal, « principalement grâce à des commissions solides provenant de ventes nettes plus élevées et de l’appréciation des actifs » au cours des 12 derniers mois.

Le segment de la gestion de patrimoine a également produit « une croissance solide des prêts et des revenus nets d’intérêts » pour la plupart des banques, a-t-elle noté.

Toutefois, Fitch Ratings estime que ces tendances devraient changer dans les mois à venir, en raison du contexte de turbulences accrues sur les marchés.

« Si la tendance récente à la baisse et à la volatilité des marchés persiste, les résultats de la gestion de patrimoine devraient se modérer au cours des prochains trimestres, car les [actifs sous gestion] et les actifs sous administration (ASA) pourraient être mis sous pression, ce qui entraînerait une baisse des commissions », indique l’agence.

Dans le même temps, la perte de confiance des investisseurs pourrait avoir un impact négatif sur les ventes nettes de fonds communs de placement et sur l’activité de négociation de détail, mentionne Fitch Ratings, ajoutant que « la hausse des taux d’intérêt et la réduction des opportunités d’investissement pourraient peser sur la croissance des prêts liés au patrimoine. »

Le récent changement des conditions du marché pourrait également affecter les autres sources de revenus des banques sur les marchés des capitaux, note le rapport.

« La volatilité persistante des marchés et l’incertitude économique se traduiront probablement par un ralentissement de l’activité de fusion et d’acquisition au cours des prochains trimestres, de nombreux clients ayant reporté des transactions », prévoit le rapport.

Les revenus de trading bénéficient généralement de la volatilité accrue du marché, souligne Fitch Ratings.

« Malgré les turbulences du marché, les banques n’ont enregistré que des pertes minimes ou nulles au cours du trimestre [précédent], ce qui témoigne de l’efficacité de leur gestion des risques », tempère le rapport.