Un couple de baby-boomers affairés au travail.
Photo : Viacheslav Iakobchuk / 123RF

Pour plusieurs Canadiens, le temps est venu de prendre la retraite. Seulement, la majorité des futurs retraités ne comprennent pas tous les aspects de leurs épargnes, démontre Mackenzie dans une étude récemment publiée.

Les résultats d’un sondage réalisé par Pollara Strategic Insights pour Placement Mackenzie révèlent que les Canadiens ont, plus que jamais, besoin de l’aide des conseillers pour comprendre tout ce qui a trait à leur transition à la retraite.

Selon le sondage, seulement 1 Canadien sur 4 comprend très bien le fonctionnement du Régime de pensions du Canada, quand et comment convertir un REER en FERR, et la façon dont ces comptes seront imposés à la retraite, tandis 61 % des Canadiens (47 % des baby-boomers) voudraient en savoir plus sur ce qu’implique la transition à la retraite. Quant à la capacité à gérer leurs placements pendant les années de retraite, seulement 53 % pensent l’avoir (chez les baby-boomers, ce chiffre monte à 67 %).

« Les Canadiens en général, et la génération du baby-boom en particulier, recherchent des conseils sur les détails qu’implique une transition réussie à la retraite, a déclaré Carol Bezaire, vice-présidente, Fiscalité, successions et philanthropie stratégique à Placements Mackenzie. Pour les conseillers en services financiers du Canada, c’est là une occasion inouïe. À l’approche de la retraite, il est clair que la valeur des conseils revêt une plus grande importance, dans la mesure où des considérations telles que la planification fiscale, la planification successorale et l’optimisation des investissements pendant la retraite prennent un tout autre relief. »

4 POINTS À CLARIFIER

Mme Bezaire a souligné quatre informations qu’il est important pour les conseillers de clarifier avec leurs clients lorsque ceux-ci sont sur le point de prendre leur retraite : la source de revenus, le style de vie, les liquidités et l’imposition.

Fixer ces paramètres permet de déterminer les besoins des clients pendant les années de retraite, et ainsi établir un ordre de décaissement des comptes d’épargne, une stratégie de placement et un plan d’optimisation fiscale.

Les baby-boomers, qui se préparent à se retirer du marché du travail, confirment en majorité (74 % d’entre eux, selon le sondage) qu’il existe une occasion pour les conseillers d’aider davantage les gens à mieux comprendre tous les éléments d’une planification réussie de la retraite, au-delà de l’épargne.

« C’est un moment particulièrement important pour les baby-boomers canadiens. Non seulement doivent-ils apprendre toutes sortes de nouvelles règles à l’approche de la retraite, mais bon nombre d’entre eux doivent aussi gérer la complexité que comporte l’héritage d’importantes sommes, à l’heure où nous connaissons le plus important transfert de patrimoine de l’histoire. Un conseiller peut jouer un rôle important pour aider les clients à piloter adroitement cette étape critique de la vie », explique Mme Bezaire.