Une aiguille posée à côté du vaccin contre la COVID-19, le tout sur un graphique financier à la hausse.
MicroStockHub / iStock

Le variant Delta, hautement transmissible, force bien des employeurs à changer leur plan quant au retour au bureau de leurs employés.

C’est maintenant au tour des grandes banques canadiennes d’emboiter le pas. RBC, Scotia, TD, BMO, CIBC… Toutes ont annoncé qu’elles exigeraient que leur personnel de bureau soit entièrement vacciné.

Elles se conforment ainsi à une récente demande du gouvernement fédéral qui rend obligatoire la vaccination pour les fonctionnaires de même que pour le personnel de certains secteurs réglementés, comme les institutions financières et les assureurs.

DATE BUTOIR

À la TD, les employés devront enregistrer leur statut vaccinal auprès de la banque d’ici le 30 septembre. Elle exigera une vaccination complète pour tous les travailleurs entrant dans ses locaux à compter du 1er novembre. Ceux qui ne répondront pas à ces conditions devront suivre une formation sur les avantages de la vaccination, se soumettre à un test rapide de dépistage de la COVID-19 et porter un masque chaque fois qu’ils se trouvent dans les bureaux de la TD.

RBC demande elle aussi à ses employés canadiens et américains de confirmer leur statut vaccinal. Ils devront être entièrement vaccinés d’ici le 31 octobre.

D’autres banques comme la CIBC et BMO ont également fixé au 31 octobre la date butoir pour obtenir les vaccins. Quant à la Banque Scotia, elle a informé son personnel qu’elle s’apprêtait à rendre les vaccinations obligatoires pour tous les employés au Canada plus tard à l’automne, rapporte La Presse canadienne.

Seule Desjardins, qui n’est pas de juridiction fédérale, n’a pas encore statué sur la vaccination obligatoire, son personnel travaillant encore majoritairement à distance.

Selon Bloomberg, le variant Delta bouleverse aussi les plans de Wall Street et d’autres centres financiers. Des entreprises telles que Morgan Stanley, Citigroup, Capital One Financial Corp. et Wells Fargo restreignent l’accès aux bureaux des employés non vaccinés, repoussant les plans de réouverture ou imposant de nouvelles exigences en matière de masques ou de divulgation du statut des vaccins.