Une fléchette ralentie par le poids d'une grosse ancre à laquelle elle est attachée.
Photo : lightwise / 123RF

Le ralentissement économique sera un passage obligé pour faire redescendre l’inflation, indique Luc de la Durantaye, chef des placements à Gestion d’actifs CIBC.

Cliquez ici pour entendre l’entrevue complète en baladodiffusion sur Gestionnaires en direct, de la CIBC

« De toute évidence, l’économie mondiale continue de digérer des chocs importants, comme la guerre en Ukraine qui a fait augmenter les coûts énergétiques, la politique très restrictive de la Chine contre les infections à la COVID-19 ou encore le resserrement du marché du travail et les pressions à la hausse sur les salaires en raison des changements démographiques », dit Luc de la Durantaye.

Selon l’expert, c’est notamment à ces forces que l’on doit l’inflation persistante. Les banques centrales n’ont donc d’autre choix que de resserrer leurs politiques monétaires, « de manière assez agressive dans certains cas ».

« Dans ce contexte, notre scénario pour les douze prochains mois consiste en un ralentissement prononcé de l’activité économique et une décélération lente de l’inflation; elle pourrait décélérer plus rapidement en première moitié de 2023 », entrevoit Luc de la Durantaye.

« Le côté positif de la chose, c’est que plus les banques centrales sont agressives en début de cycle inflationniste, pour éviter que la situation dégénère avec des demandes salariales très élevées, plus on peut sortir de ce cercle vicieux et retourner à une croissance économique normale », poursuit l’expert.

Il reconnaît que d’autres développements sont possibles – incluant une hausse encore plus marquée de l’inflation. Dans tous les cas, avant que les banques centrales canadienne et américaine puissent relâcher leur politique anti-inflationniste, « nous allons devoir subir un ralentissement économique prononcé », dit-il.

« Pendant ce temps, la guerre en Ukraine continue de créer des pressions à la hausse sur les coûts énergétiques, et l’arrivée du sous-variant BA.5 en Chine va sans doute donner lieu à de nouvelles fermetures partielles. Ce sont des impondérables que chaque investisseur doit suivre à la loupe pour demeurer agile dans sa gestion de portefeuille. »

Ce texte fait partie du programme Gestionnaires en direct, de la CIBC. Il a été rédigé sans apport du commanditaire.