Une femme, minuscule, criant dans un porte-voix à un homme, géant.
Photo : DNY59 / iStock

De nombreuses femmes souffriront du modèle de travail hybride. Celui-ci risque de les rendre invisibles et de freiner leur avancement, prévient The Globe and Mail

Le modèle de travail hybride vient avec de nombreux avantages pour l’employé comme pour l’employeur. Il offre souvent une meilleure conciliation travail-famille, offre davantage de flexibilité et permet aux entreprises de faire des économies, souligne Avantages. Toutefois, il a également des aspects négatifs, particulièrement pour les femmes.

Ces dernières sont davantage portées à mettre leur carrière de côté pour s’occuper de leurs proches. Comme les enfants ne sont pas encore vaccinés, il semble évident que les femmes, particulièrement les mères, seront les dernières à reprendre le travail en personne.

Si le modèle hybride est effectivement l’avenir, les cadres vont devoir faire des efforts pour éviter que le bureau ne devienne encore davantage un boys club, ou les femmes risquent d’être exclues des processus décisionnels et écartées des possibilités d’avancement. Car même si la pandémie a aidé à faire évoluer les mentalités, nombre de patrons voient encore le télétravail d’un mauvais œil.

Un changement culturel doit donc survenir afin d’éviter que cela ne joue sur l’équité. Les femmes doivent pouvoir occuper des fonctions de cadre sans que cela ne perturbe l’entreprise. Et pour cela, les firmes devront permettre aux employés et cadres d’agir de façon égale qu’ils travaillent au bureau ou depuis chez eux.

Les organisations doivent devenir proactives pour préserver l’équité et éviter de détruire les carrières de nombreuses femmes.