Photo : Thatsaphon Saengnarongrat / 123RF

Ceux qui offrent une gestion active sont particulièrement attrayants pour les investisseurs, croit David Stephenson, directeur, stratégie FNB pour Gestion d’actifs CIBC.

Cliquez ici pour entendre l’entrevue complète en baladodiffusion sur Gestionnaires en direct, de la CIBC

Les fonds négociés en bourse (FNB) continuent de gagner du terrain sur les fonds communs. Ils ont reçu 20 milliards de dollars de nouveaux actifs au Canada en 2018, et déjà plus de 11 milliards en 2019. Ils représentent désormais plus de 180 milliards d’actifs sous gestion au pays.

« Il est intéressant de noter que ces 11 milliards ont été investis pour moitié dans les FNB à revenu fixe, et le reste dans les FNB d’actions. Parmi ces derniers, on remarque plusieurs tendances thématiques, dont la faible volatilité, les marchés américains, la répartition d’actifs, les infrastructures, et les critères éthiques/sociaux/environnementaux (ESG). Du côté du revenu fixe, les investisseurs apprécient les FNB d’obligations canadiennes agrégées à gestion passive, mais aussi les FNB obligataires à gestion active », relève David Stephenson.

Si le revenu fixe ne compte actuellement que pour un tiers du marché des FNB, avec 60 milliards d’actifs sous gestion, il est appelé à prendre plus d’importance, selon l’expert.

« Je m’attends à voir croître encore cette catégorie d’actifs. Les FNB dans leur ensemble ont connu une croissance composée d’environ 25 % depuis dix ans, mais le revenu fixe en particulier croît encore plus vite », dit David Stephenson.

« Parmi les FNB à revenu fixe, environ 25 % des actifs sous gestion suivent une approche active, et je m’attends à en voir davantage dans les années à venir. Les investisseurs cherchent des produits à revenu qui leur permettent de naviguer dans les marchés : soit ils s’inquiètent de l’évaluation des actions, des bas rendements ou des hausses de taux d’intérêt, soit ils veulent simplement confier à un gestionnaire la recherche des meilleures occasions », poursuit l’expert.

Selon lui, les FNB à revenu fixe sous gestion active sont un bon moyen de répondre à ces besoins, d’où leur succès croissant dans les années à venir.

« Étant données la taille et la diversité du marché du revenu fixe au Canada, les gestionnaires actifs ont plusieurs leviers à leur disposition pour offrir une valeur ajoutée », croit David Stephenson.

« La gestion active permet d’éviter les pièges du marché obligataire, et aussi de dénicher des aubaines, par exemple un ange déchu tombé hors de la catégorie investissement mais qui demeure une bonne occasion d’investissement. Ensuite, un gestionnaire actif a les ressources nécessaires pour naviguer dans un marché obligataire opaque, et ainsi dénicher de nouvelles émissions prometteuses. Enfin, il peut gérer le risque de taux d’intérêt en positionnant le fonds adéquatement sur la courbe du rendement : par exemple, il peut fixer une durée inférieure à celle de l’indice de référence pour prévenir une hausse des taux, ou alors supérieure en vue d’une baisse. La gestion active trouve sa valeur dans la souplesse face à divers environnements. »

Ce texte fait partie du programme Gestionnaires en direct, de la CIBC. Il a été rédigé sans apport du commanditaire.