Photo : Setsiri Silapasuwanchai / 123RF

Le tout premier FNB (appelé le Toronto Index Participation Fund) suivait initialement l’indice TSE 35 et a commencé à se négocier à la Bourse de Toronto le 9 mars 1990. Les FNB représentent aujourd’hui une industrie de 211 milliards de dollars, selon l’Association canadienne des FNB.

Une étude de Placements Mackenzie indique que 56 % des investisseurs canadiens prévoient augmenter l’utilisation des FNB ou les inclure pour la première fois à leur portefeuille au cours des deux prochaines années.

« Les Canadiens devraient être très fiers du fait que notre pays a joué un rôle de pionnier dans le développement des FNB, a déclaré Michael Cooke, vice-président principal et chef des FNB, Placements Mackenzie. Plus les investisseurs au détail connaîtront les FNB, plus ils seront susceptibles d’y investir. Trente ans ne constituent pas un historique long pour une catégorie de fonds de placement. Il s’agit donc d’une occasion formidable pour les conseillers d’éduquer et d’informer leurs clients sur les FNB et d’envisager de les intégrer dans des portefeuilles pour améliorer les rendements. »

UN CHOIX AVANTAGEUX

Parmi les avantages des FNB cités par les investisseurs sondés, on retrouve les frais relativement bas (62 %), les occasions de diversification (62 %) et le fort potentiel de liquidité (59 %).

L’étude a aussi révélé que 61 % des particuliers préféreraient acheter leurs FNB auprès d’un fournisseur canadien, estimant que ceux-ci sont plus axés sur les besoins des investisseurs canadiens et évoquant la stabilité du système financier du Canada.

« L’achat de FNB domiciliés au Canada présente des avantages, notamment des gains fiscaux potentiels et la capacité du fournisseur à anticiper et à répondre aux besoins souvent uniques des investisseurs locaux », a déclaré Barry McInerney, président et chef de la direction, Placements Mackenzie.