Kirill Cherezov / 123RF

Bien qu’elle soit exagérée, la Grande Démission n’est pas le fruit de l’imagination.

Il suffit de demander aux employés de RBC et de TD qui ont récemment reçu des augmentations de salaire dans un marché du travail concurrentiel et dans un contexte d’inflation croissante (TD aurait cité les défis de la pandémie, et non la rétention des employés, comme raison de l’augmentation).

Les sociétés financières devraient-elles aussi se préparer à un exode potentiel des talents parmi les conseillers entrepreneurs ?

Selon Steve Galimi, vice-président, stratégie et performance, Financière Banque Nationale – Gestion de patrimoine, les conseillers n’ont pas beaucoup bougé au cours des deux dernières années. Mais cela pourrait changer à mesure que la pandémie s’éloigne dans le rétroviseur.

La COVID-19 a retardé le transfert des conseillers et limité leur mobilité, selon Steve Galimi, qui note que la société avait « beaucoup de prospects de qualité en vue » à ce moment-là. Aujourd’hui, les conseillers expérimentés commencent à nouveau à envisager un peu plus leurs options, ajoute-t-il.

Mais l’attrait pour les conseillers reste une préoccupation constante.

« Les conseillers partagent les commissions avec la société, ils veulent donc en avoir pour leur argent, explique Steve Galimi. Ils ont besoin d’un soutien sur le plan technologique, ils veulent un meilleur soutien en matière de gestion de patrimoine. »

Ryan McNally, premier vice-président, distribution de conseils en patrimoine, TD Wealth, précise que la plupart des conseillers cherchent à développer leurs activités, et veulent un soutien pour les clients et une flexibilité pour gérer leurs pratiques comme ils le souhaitent. « Il s’agit de créer un environnement propice à la croissance et un modèle de soutien à la croissance qui soit meilleur que partout ailleurs », dit-il.

Geoff Newton, le tout nouveau co-chef de BMO Gestion privée, assure respecter la décision d’un conseiller qui a choisi de changer d’entreprise ou de devenir indépendant pendant la pandémie. Même si cela arrivait à une période particulièrement difficile, alors que l’entreprise intégrait ses activités de gestion privée et de banque privée. Dans le même temps, la société veut s’assurer que les conseillers comprennent sa proposition de valeur.

« La phase d’intégration de BMO Gestion privée est maintenant derrière nous [et] la phase d’exécution est devant nous, assure Geoff Newton. Nous pouvons voir la dynamique qui se met en place ».

PUIS-JE AVOIR UN PEU DE SOUTIEN? 

Le conseil complet est le nom du jeu dans la gestion de patrimoine, donc fournir un soutien à la planification est une priorité pour les entreprises.

« Nous avons beaucoup travaillé sur ce point, rapporte Steve Galimi, en faisant spécifiquement référence à la planification financière. Nous avons embauché de nombreux planificateurs financiers dans tout le pays pour offrir un meilleur soutien à nos conseillers. »

De même, la TD est « absolument concentrée » sur la croissance de sa liste de planificateurs à l’échelle nationale, soutient Ryan McNally. « Nous recrutons activement, et nous sommes vraiment enthousiasmés par […] ce que nous pouvons offrir à ces personnes. »

Cela commence par la culture, selon lui. Si les meilleurs professionnels de la finance sont motivés par la rémunération, les produits et les outils, « ils recherchent fondamentalement une culture dans laquelle ils peuvent s’épanouir. »

Le mantra quotidien de Ryan McNally reflète, du moins en partie, la culture de l’entreprise : Si vous êtes en face de nos clients, vous savez ce qui est le mieux. « Nous faisons la promotion de ce principe auprès de nos recrues », explique-t-il. À la TD, « vous serez en mesure de croître plus rapidement que partout ailleurs parce que vous aurez votre mot à dire dans l’orientation de cette entreprise. »

Ryan McNally souligne également les offres du cabinet sous la forme d’un accueil, d’une formation et d’un soutien à la gestion de la pratique de qualité.

Certaines entreprises indépendantes ont vanté leur succès dans le débauchage d’acteurs plus importants, mais dans les banques, les conseillers sont soutenus, bien sûr, par le pouvoir bancaire.

Les conseillers « bénéficieront du soutien et de l’engagement de la banque d’affaires, de la banque de détail et de nos collègues des marchés des capitaux », affirme Ryan McNally – un accès qui leur permet « d’aborder tous les sujets » qui intéressent les clients, et pas seulement les investissements. Cela signifie qu’il faut s’assurer que votre client propriétaire d’entreprise occupé bénéficie de la planification fiscale et successorale et de la planification des risques, par exemple.

Faisant référence à l’intégration des services de gestion privée de patrimoine et des services bancaires privés de BMO, Geoff Newton a déclaré que les clients « recherchent l’approche du bureau familial ». La demande des familles aisées s’est accélérée « probablement d’une décennie ou plus avec la COVID-19 », analyse-t-il, alors que les clients centralisaient leurs actifs. « La consolidation, la simplification était un thème important ».

Le cabinet prévoit de se différencier sur la structure de l’équipe, avec un « investissement beaucoup plus profond dans le financement du cabinet de nouveaux rôles », affirme Geoff Newton – des professionnels de la planification financière, fiscale et successorale. En outre, un banquier privé sera ajouté à chaque équipe, afin que les clients aient un accès complet aux services.

Une dépense technologique record pour une refonte des systèmes en 2023 est également prévue.

« Nous avons eu l’impression que notre activité a été privée, dans une certaine mesure, de dépenses technologiques », conclut Geoff Newton. Avec l’allocation des dépenses, « la grande entreprise s’est engagée de manière significative ».