Photo : Daniil Peshkov / 123RF

En matière de planification financière, une majorité de Québécois souhaitent une expérience client plus numérisée, révèle une étude publiée par IG Gestion de patrimoine.

Il n’y a pas moins de 65 % des investisseurs québécois qui aimeraient voir leur conseiller financier adopter des solutions numériques plus modernes, comme des logiciels de planification financière, comparativement à 59 % des investisseurs canadiens.

Une forte proportion (65 %) indique qu’il y a place à amélioration quant au service qu’ils reçoivent. Par ailleurs, pour 87 % des Québécois, il deviendra de plus en plus important que les conseillers offrent des expériences numériques avant-gardistes à l’avenir.

Cela aura un pouvoir attractif chez les investisseurs qui n’ont pas encore de conseiller. Ils vont rechercher un professionnel qui est en mesure de présenter leur plan financier d’une façon claire, simple et convaincante visuellement, et d’offrir différents scénarios de finances personnelles rapidement.

« Les Canadiens veulent de la part de leur conseiller le même type d’expérience numérique qu’ils sont habitués d’avoir dans d’autres segments de leur vie », affirme Damon Murchison, président et chef de la direction, IG Gestion de patrimoine.

VIRAGE NUMÉRIQUE

C’est ce qui a poussé sa société mère, la Société financière IGM, à s’engager dans un projet de transformation numérique qui a entraîné la mise en place de nouveaux moyens plus pratiques pour les clients de travailler avec leur conseiller, notamment les vidéoconférences, les signatures électroniques et les opérations sans papier.

Elle s’est également dotée de nouveaux outils (comme son Bilan du Plan vivant IG) et d’un logiciel de planification financière, en cours de déploiement dans l’ensemble de son réseau de conseillers) qui fait notamment appel à l’intelligence artificielle et à l’analytique avancée.

 « En passant à l’ère numérique, nos clients bénéficient de plus de transparence et peuvent bâtir et gérer leur patrimoine plus efficacement. Ils n’ont plus à attendre la réception de documents par la poste ni leur traitement manuel. Pour leur part, nos conseillers consacrent moins de temps à la paperasse et peuvent se concentrer encore plus sur l’optimisation du bien-être financier des clients qu’ils servent », explique Damon Murchison.

Le sondage d’IG a été mené en ligne du 17 au 19 février auprès de 1512 adultes canadiens.