Jeune homme et son père
Photo : PeopleImages / iStock

Contrairement à ce que suspectent leurs parents, les jeunes adultes sont très soucieux de leurs finances rendues précaires en raison du coût de la vie et de l’inflation, révèle un sondage récent de RBC. Plus de la moitié des 18 à 24 ans (59 %) assurent les gérer activement alors que seuls 47 % des parents estiment que c’est le cas.

Ces adultes soucieux sont davantage susceptibles d’avoir confiance en leurs capacités d’épargner (83 %), d’investir (60 %) et de se sentir responsable sur le plan financier (82 %).

« Les jeunes adultes travaillent fort pour assurer leur avenir financier, dit Jason Storsley, vice-président principal, Services bancaires courants et croissance de la clientèle, à RBC. Leur vision de l’avenir est à la fois optimiste et pragmatique. Ils reconnaissent la présence d’obstacles, mais cherchent à tirer parti des occasions avec plus de résilience qu’on pourrait le croire. »

En plus de cet écart de perception, le sondage met en avant d’autres aspects qui opposent parents et enfants. Ainsi, on voit que les jeunes adultes font leur possible pour faire en sorte d’atteindre leurs objectifs à long terme, une chose que leurs parents ne soupçonnent pas.

Alors que 32 % des jeunes adultes épargnent pour une maison et que 19 % épargnent en vue de leur retraite, seulement 23 % et 12 % des parents respectivement pensent que c’est le cas. Toutefois, il est important de connaître les objectifs financiers de ses enfants pour pouvoir les aider.

D’ailleurs 83 % des jeunes sondés estiment avoir besoin de davantage d’informations et de soutien en matière de finance, 68 % se disent ainsi dépassés. La majorité des jeunes (64 %) regrettent que leurs parents ne leur aient pas plus parlé d’argent.

Afin d’améliorer leurs revenus, nombre de jeunes envisagent de prendre un travail d’appoint. Près de sept jeunes sur dix (68 %) cherchent un tel emploi.

Ces derniers sont ainsi très soucieux vis-à-vis de la situation économique. Le sondage montre que 54 % craignent l’inflation et de ne pas avoir assez de fonds pour acheter une maison un jour (28 %). À leur âge, leurs parents voulaient davantage se trouver un emploi bien rémunéré (44 %) et qui leur plaisait (35 %), même si 33 % envisageaient également de devenir propriétaire.

Alors que les parents (71 %) pensent que leurs enfants n’hésiteront pas à se tourner vers eux s’ils ont besoin d’un conseil financier, ces derniers ont autant de chance pratiquement de consulter leur banque ou un conseiller (44 %) que de se tourner vers leurs parents (45 %).

Parmi les autres sources de renseignements financiers pour les jeunes, on trouve :

  • TikTok et Instagram (25 %),
  • les amis (27 %),
  • des articles publiés en ligne (26 %)
  • et d’autres membres de la famille (26 %).

Ce sondage a été réalisé par Maru/Blue pour le compte de RBC les 16 et 21 juin 2022 auprès de 1 018 jeunes adultes canadiens et de 510 parents de jeunes adultes canadiens.