Photo : scyther5 / 123RF

Maintenant qu’on a assoupli les règles sur ces actifs non traditionnels, tous les investisseurs peuvent découvrir leurs avantages, dit David Picton, président de Picton Mahoney Asset Management.

Cliquez ici pour entendre l’entrevue complète en baladodiffusion sur Gestionnaires en direct, de la CIBC

« Les produits liquides de substitution (liquid alts) sont désormais accessibles aux Canadiens qui étaient exclus du marché des fonds de couverture, pour cause de montants insuffisants ou d’autres facteurs de risques. C’est une fantastique occasion du point de vue de la construction de portefeuille », dit David Picton.

Ces produits sont dits liquides car ils sont échangés quotidiennement, contrairement à d’autres actifs qui sont liquéfiables de façon mensuelle ou trimestrielle. Ils comportent moins d’exigences de fonds minimaux que les fonds de substitution traditionnels.

« Tout est question de modération avec les fonds de substitution. Il faut les utiliser comme une source de diversification des flux de revenus d’un portefeuille global. Ainsi, ils peuvent aider à atteindre des objectifs d’épargne à long terme avec davantage de certitude », dit David Picton.

Reste à expliquer ces produits aux investisseurs, ce qui n’est pas une mince tâche, reconnaît l’expert.

« Il ne s’agit pas de remplacer l’approche traditionnelle de l’équilibrage de portefeuille, avec 60 % d’actions et 40 % d’obligations, mais de l’optimiser grâce à ces nouvelles stratégies. Elles peuvent constituer une couche additionnelle d’actifs plus diversifiés et axés sur le rendement, mêlant par exemple une stratégie de type momentum à des fonds « neutre marché » (market-neutral funds) et à des fonds à stratégie longue-courte (long-short funds). C’est déjà très déroutant ! », dit David Picton.

« L’idée principale est de réaliser que si l’équilibrage 60-40 traditionnel a bien servi les investisseurs au fil des ans, ils vont faire face à des pressions comme les hausses de taux d’intérêt ou l’inflation. Dans un tel environnement, ils pourront optimiser leur équilibrage 60-40 avec des produits qui différencieront leur portefeuille et amélioreront leur potentiel de rendement, au même niveau de risque qu’ils sont actuellement prêts à accepter. »

Ce texte fait partie du programme Gestionnaires en direct, de la CIBC. Il a été rédigé sans apport du commanditaire.