Un flambeau est passé d'une main à une autre.
Photo : James Steidl / 123RF

Selon un sondage réalisé par la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante (FCEI), 72 % des propriétaires de PME pensent à céder leur entreprise d’ici la prochaine décennie. Autrement dit, des actifs estimés à plus de 1,5 billion de dollars pourraient être en jeu au cours des années à venir au Canada.

« Dans un contexte où plusieurs entrepreneurs vont prendre leur retraite dans les prochaines années, la relève entrepreneuriale représente un enjeu majeur. Des ventes ou des transferts d’entreprise réussis permettent de sauver des emplois, d’assurer la prospérité des régions et de soutenir la croissance économique. Nous devons faire tout ce qui est possible pour faciliter ces transitions », affirme Martine Hébert, vice-présidente principale et porte-parole nationale de la FCEI.

Ce transfert reste encore très théorique, car parmi les directeurs de PME qui ont dit vouloir céder leur entreprise dans les prochaines années, plus de la moitié (51 %) n’ont pas de plan de relève et 41 % ont un plan informel. Seuls 8 % d’entre eux ont un plan formel écrit.

UNE RELÈVE QUI POSE DES DIFFICULTÉS

Le principal obstacle à la relève selon la majorité des répondants (56 %) est de trouver un acheteur ou un successeur qui convient.

Près de la moitié des propriétaires d’entreprise (48 %) prévoient la vendre à des acheteurs qui ne font pas partie de leur famille. Tandis que le quart des propriétaires préféreraient vendre leur entreprise à un ou plusieurs membres de leur famille, et 21 % aimeraient la leur transférer (au moyen d’un héritage, par exemple).

Une autre difficulté, selon 48 % des sondés, est de déterminer la valeur de leur entreprise, suivie par le fait que l’entreprise dépend trop du propriétaire. Trente-sept pourcent des propriétaires estiment que le financement du successeur pose problème et 31 % des répondants ne savent pas par où commencer avec leur plan de relève.

RECOMMANDATIONS DU FCEI

Afin de rendre cette tâche moins ardue, la FCEI recommande aux propriétaires d’entreprise de planifier leur retraite le plus tôt possible et de prévoir différentes stratégies de sortie. Elle formule toutefois quelques pistes de solutions que le gouvernement pourrait mettre en place afin d’aider les propriétaires de PME.

Le gouvernement pourrait ainsi « augmenter le seuil de l’exonération cumulative des gains en capital à un million de dollars pour toutes les PME ». Actuellement, les agriculteurs et les pêcheurs sont les seuls entrepreneurs à bénéficier d’un tel seuil.

Il pourrait aussi « modifier la Loi de l’impôt sur le revenu pour que la vente d’une entreprise aux membres de la famille soit traitée de la même manière au niveau fiscal que la vente à des tiers ».

« En vertu des règles fédérales actuelles, les propriétaires de PME paient plus d’impôts lorsqu’ils vendent à un membre de leur famille qu’à un étranger. Ce n’est pas logique! Nous souhaitons que les gouvernements, de concert avec les conseillers fiscaux et les institutions financières, continuent de travailler à trouver des solutions permettant de faciliter les transferts d’entreprise », conclut Mme Hébert.