Homme d'affaire avec des longues-vues.
Photo : kurhan / 123RF

Les régimes de retraite canadiens sont à la recherche d’économies d’échelle et des occasions par consolidation, selon CIBC Mellon, qui vient de publier le troisième volet de sa recherche sur la montée des consolidateurs.

L’évolution continue des régimes de retraite canadiens en tant que gestionnaires d’actifs engendrera sans aucun doute une étroite surveillance des participants de l’industrie et des organismes de surveillance de l’industrie mondiale des régimes de retraite, particulièrement en raison de la perturbation importante des marchés en 2020 et en 2021, soutient CIBC Mellon.

Qu’il s’agisse de transférer des activités d’investissement, de retraite ou d’exploitation à un plus grand fournisseur ou de chercher à croître en consolidant les actifs provenant d’entités de retraite externes, tant les propriétaires d’actifs que les gestionnaires d’actifs mentionnent les mêmes préoccupations :

  • surveillance accrue,
  • visibilité,
  • changements de culture
  • et défis technologiques.

Alors qu’ils font concurrence dans un marché difficile, les acteurs de l’industrie canadienne des régimes de retraite (promoteurs, gestionnaires, fournisseurs, assureurs, etc.) « libèrent leurs talents de premier plan, leurs modèles de gouvernance avancés et leur expertise en matière de placement » et cherchent à travailler « pour obtenir de meilleurs résultats pour leurs parties prenantes », indique Darlene Claes-McKinnon, directrice générale à CIBC Mellon.

À l’heure actuelle, 24 % des fonds de retraite déclarent qu’ils gèrent des actifs au nom d’organisations externes, tandis qu’une proportion de 16 % prévoit le faire à l’avenir ou qu’ils envisagent au moins une telle mutation.

Plus de la moitié des fonds (61 %) soulignent la possibilité d’obtenir des économies d’échelle dans une entité fusionnée comme un avantage potentiel de la consolidation.

Enfin, environ 44 % suggèrent que des fonds plus importants pourraient également être en mesure de gérer leurs responsabilités réglementaires plus efficacement.

Pour son étude, CIBC Mellon a mené un sondage auprès de 50 gestionnaires de régimes de retraite canadiens en 2020. La moitié des répondants avaient des actifs sous gestion entre 600 M$ et 1,2 G$ et l’autre moitié gérait plus de 1,2 G$. Parmi les répondants, 26 % étaient des régimes privés et 74 % étaient des régimes publics.