Une dame tient son porte-monnaie
Photo : eclipse_images / istockphoto

Une nouvelle étude du géant américain de la gestion d’actifs, T. Rowe Price, révèle que, contrairement aux hypothèses classiques de planification, les retraités ont tendance à réduire leurs dépenses afin de correspondre à leurs revenus et préserver leurs actifs.

La société a publié un livre blanc basé sur les données d’une étude sur la santé et la retraite menée par l’Université du Michigan. Elle révèle notamment que les dépenses des retraités diminuent chaque année de 2 %.

« Cette constatation est importante », affirme le cabinet, car la planification traditionnelle de la retraite suppose que les retraités souhaitent maintenir un certain niveau de vie ou de dépenses. En réalité, les données indiquent que « les retraités ont tendance à ajuster leurs dépenses en fonction de leurs revenus afin d’éviter de puiser dans leurs actifs ».

L’analyse révèle notamment que les retraités ajustent leurs dépenses sur les articles non discrétionnaires, tels que la nourriture et le logement, afin de correspondre à leurs revenus garantis provenant de sources telles que la sécurité sociale et le revenu de pension. Une pratique « remettant en question la notion conventionnelle selon laquelle ces dépenses sont réellement fixes ».

T. Rowe Price estime que la planification de la retraite devrait se concentrer sur les produits et services conformes au comportement observé des retraités.

« Comprendre comment les retraités dépensent est crucial pour aligner les solutions de revenu de retraite, affirme Sudipto Banerjee, vice-président, leadership de la pensée de la retraite chez T. Rowe Price, dans un communiqué. Les promoteurs de régimes et les professionnels de la finance doivent comprendre les motivations qui sous-tendent les dépenses des retraités afin d’offrir des solutions de revenu de retraite optimales. »