Photo : Akhilesh Sharma / 123RF

Les devises isolées des tensions géopolitiques vont en tirer profit à terme, croit Michael Sager, gestionnaire de portefeuille à Gestion d’actifs CIBC.

Cliquez ici pour entendre l’entrevue complète en baladodiffusion sur Gestionnaires en direct, de la CIBC

Alors que les banques centrales se font accommodantes de par le monde, et que les taux d’intérêt demeurent bas, peut-on encore dénicher la valeur dans les devises ? Selon l’expert, il s’agit avant tout de penser à long terme.

« Le défi des investisseurs est que le marché des devises est actuellement influencé par des facteurs non fondamentaux, au premier plan la politique. Il n’y a qu’à penser à la guerre commerciale sino-américaine ou au Brexit. Cela rend difficile l’analyse de la valeur dans toutes les catégories d’actifs, incluant les devises. Mais si on ignore le bruit quotidien des tendances à court terme, certaines devises s’avèrent de bonnes occasions avec un fort potentiel à long terme », dit Michael Sager.

Selon lui, il faut se tourner du côté des pays émergents pour trouver de telles devises.

« Beaucoup sont soutenues par des taux d’intérêt élevés et une économie nationale en santé, et elles s’échangent pourtant à rabais. C’est le cas de la roupie indienne, qui profite d’une forte demande nationale et reste isolée de la guerre commerciale sino-américaine. Même chose pour la roupie indonésienne », observe Michael Sager.

Cela dit, il faut éviter les pays trop exposés aux conflits des grands de ce monde, comme la Corée du Sud, selon lui, dont le won est encore trop vulnérable en raison de sa dépendance à la croissance chinoise.

Au fait, le Brexit est-il encore d’actualité après toutes ses échéances repoussées?

« C’est difficile à dire, mais nous nous tenons loin de la livre sterling depuis plusieurs années afin de contrôler le niveau de risque de nos portefeuilles. C’est bien de prendre des risques quand on croit fermement à une issue positive, mais nous avons peu de conviction concernant la Grande-Bretagne – pas plus que pour leurs politicien,s pour être franc. La perspective d’un Brexit sans accord semble s’être atténuée dernièrement, mais la situation demeure trop incertaine, et il vaut mieux juste éviter leur devise jusqu’à ce qu’on y voie plus clair. »

Ce texte fait partie du programme Gestionnaires en direct, de la CIBC. Il a été rédigé sans apport du commanditaire.