Un homme d'affaire debout sur une route, les mains sur les hanches face à un lever de soleil.
alphaspirit / 123RF

Les six grandes banques sont bien positionnées pour l’an prochain, selon l’analyse de DBRS Morningstar.

L’agence de notation a constaté que les reprises continues de provisions pour pertes de crédit ont stimulé les bénéfices au quatrième trimestre, bien que le rythme de ces reprises ait également continué à ralentir.

« La hausse des taux d’intérêt devrait contribuer à compenser une certaine pression attendue sur les bénéfices en 2022, étant donné que les reprises de [provisions pour pertes sur créances] sur les prêts productifs devraient diminuer par rapport aux niveaux de 2021 et que l’activité des marchés des capitaux devrait rester plus modérée par rapport aux niveaux élevés du premier semestre de 2021 », indique le rapport.

La hausse des prêts hypothécaires a également soutenu les banques au quatrième trimestre, bien que DBRS reste préoccupé par les déséquilibres du marché immobilier.

Les volumes de prêts immobiliers canadiens garantis ont augmenté de 2,5 % par rapport au troisième trimestre et de 10,6 % par rapport à l’année précédente pour les six grandes banques, la Banque de Nouvelle-Écosse et la CIBC affichant une croissance supérieure à celle du marché au cours des deux périodes.

Les volumes de prêts non immobiliers restent toutefois bien en deçà des niveaux pré-pandémiques, notamment à la Banque Nationale.

En 2022, « la hausse des taux d’intérêt profitera au revenu net d’intérêt des banques, contribuant à atténuer les pressions sur les coûts salariaux et à normaliser les revenus des marchés financiers », indique le rapport.

« En outre, les bilans de ces banques restent solides avec des métriques de capital et de liquidité robustes, même si les métriques de capital vont probablement diminuer par rapport aux niveaux actuels avec la reprise des activités de gestion du capital. » Un rapport de Fitch Ratings publié plus tôt cette semaine prévoyait que les banques canadiennes verraient probablement une détérioration de leurs finances en 2022, mais l’agence s’attend également à ce que les fondamentaux des banques résistent à l’affaiblissement du contexte économique.

En ce qui concerne les notations des six grandes banques, DBRS Morningstar a déclaré que les cinq plus grandes banques sont stables, tandis que la Banque Nationale a une tendance positive. Les notes d’émetteur à long terme des six grandes banques vont de AA (faible ; Banque Nationale) à AA (élevé ; Banque Royale du Canada et Toronto-Dominion)