Une avocate qui explique un document à un client.
seb_ra / iStock

Après les signatures électroniques pour les souscriptions d’assurances, c’est au tour des testaments d’entrer dans les nouvelles technologies. Plusieurs nouveaux services proposent aux particuliers de rédiger leurs dernières volontés en ligne, comme le notent Les Affaires.

Des entreprises comme Willful et ses concurrents Legal Wills et Epilogue font leur apparition alors que les Canadiens cherchent des moyens de réduire les coûts et les tracas liés à la préparation de la fin de leur vie. Cependant, se plonger dans le monde des services de volonté en ligne peut être délicat, et ce n’est pas fait pour tout le monde.

UNE BELLE CROISSANCE

La cofondatrice de Willful, Erin Bury, indique que le trafic sur la plateforme connaît une expansion inédite : 350 % au cours des 60 derniers jours, générant des ventes en hausse de 687 % par rapport à la même période l’an dernier.

Bien que le testament ne soit pas un réflexe chez les personnes ou les couples qui n’ont pas d’enfants, Erin Bury explique qu’il est nécessaire si on a des personnes à charge, un régime enregistré d’épargne-retraite, des actifs comme une maison, ou des objets de famille ou des biens précieux qui peuvent être donnés à quelqu’un.

« Je dis toujours aux personnes de plus de 18 ans, vous n’aurez peut-être pas besoin de testament si vous avez 19 ans, vous n’avez pas d’animaux, vous n’avez pas d’enfants, vous avez 4 $ à votre nom et vous vivez chez vos parents, mais vous avez absolument besoin d’une procuration, qui prévoit ce qui se passera si vous êtes invalide et toujours en vie, et que vous avez besoin de quelqu’un pour prendre des décisions en votre nom », a-t-elle illustré.

CERTAINS CAS SONT COMPLEXES

Margaret O’Sullivan, associée directrice du cabinet O’Sullivan Estate Lawyers à Toronto, a indiqué avant la pandémie qu’elle remarquait que les testaments devenaient plus compliqués en raison de situations telles que les mariages mixtes et les familles mixtes.

« Il y a des situations impliquant des personnes ayant des actifs dans différents pays, ou qui peuvent venir d’un autre endroit, mais qui ont toujours des actifs ailleurs, et ces personnes doivent comprendre qu’elles ont une situation plus complexe et qu’elles nécessitent une planification dans chacune des différentes juridictions », a-t-elle expliqué.

Elle les met en garde contre l’utilisation des services de testament en ligne, qui, selon elle, convient le mieux à quelqu’un qui a des actifs modestes et une situation familiale simple.