Un pinceau avec des poils en herbe.
bodo23 / iStock

En raison de la pandémie, nombre d’investisseurs internationaux ont décidé d’adopter les critères environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG), d’après un sondage sur l’investissement responsable (IR) réalisé par RBC Gestion mondiale d’actifs. 

« Les résultats laissent croire que la pandémie de COVID-19 a révélé aux investisseurs les plus engagés à l’égard des critères ESG l’importance cruciale d’arrimer la durabilité environnementale et l’égalité sociale dans leur processus d’investissement », a commenté My-Linh Ngo, chef, Investissement ESG et gestionnaire de portefeuille, à BlueBay Asset Management.

Depuis la pandémie, l’adoption des critères ESG atteint des niveaux exceptionnellement élevés parmi les investisseurs institutionnels. Près du tiers (29 %) ont décidé de mettre davantage l’accent sur ces derniers. La très grande majorité de ces investisseurs (97 %) sont convaincus que les portefeuilles prenant en compte ces critères apportent autant, voire davantage de rendements que les portefeuilles traditionnels.

Parmi ces investisseurs qui ont renforcé leur engagement à l’égard des critères ESG depuis l’apparition de la COVID-19, 80 % estiment que leur intégration permet de générer un alpha durable à long terme, contre 51 % si l’on prend l’ensemble des répondants au sondage, et 88 % estiment que cela atténue les risques, contre 61 % pour l’ensemble des sondés.

Ce groupe aimerait également davantage de diversité des genres au sein des conseils d’administration (CA). Ainsi 70 % estiment que des cibles devraient être adoptées, contre 47 % pour l’ensemble du groupe.

On peut voir un certain clivage entre les différentes régions du monde. Ainsi, alors que 96 % des répondants européens intègrent des critères ESG dans leur placement, « seuls » 64 % des investisseurs américains en font de même. Une majorité d’investisseurs canadiens adhèrent aux principes ESG, toutefois, on peut constater une légère baisse en 2021 puisque 81 % ont affirmé avoir utilisé les principes ESG en 2021, contre 89 % en 2020.

« Au cours des cinq dernières années, nos données ont clairement démontré que les investisseurs institutionnels sont convaincus des avantages de l’adoption des critères ESG et qu’ils s’engagent à les intégrer dans leur approche de placement afin d’atténuer le risque et de générer un alpha durable à long terme », a déclaré Melanie Adams, vice-présidente et chef, Gouvernance et investissement responsable, à RBC Gestion mondiale d’actifs.

LES INQUIÉTUDES DES INVESTISSEURS 

Parmi les préoccupations principales des investisseurs parmi les enjeux ESG, on retrouve la lutte anticorruption, la cybersécurité et les changements climatiques, selon le sondage de RBC Gestion mondiale d’actifs.

La cybersécurité a gagné deux places au rang des préoccupations des sondés en un an, passant ainsi de quatrième à deuxième entre 2020 et 2021, rétrogradant ainsi les changements climatiques qui sont passés de la deuxième place à la troisième.

Les investisseurs européens font particulièrement attention aux changements climatiques. Les quatre cinquièmes d’entre eux intègrent les risques climatiques dans leur politique de placement, soit bien plus que les 31 % du Canada ou les 20 % des États-Unis.

Au niveau de la diversité dans les CA, moins de la moitié des investisseurs mondiaux (41 %) estiment que les CA devraient adopter des cibles. Au contraire même, 35 % des sondés estiment que les CA ne devraient pas adopter de telles cibles.

Ce sondage a été mené auprès de 805 propriétaires d’actifs institutionnels, experts-conseils en placement et spécialistes des placements aux États-Unis, au Canada, en Europe et en Asie entre mai et juillet 2021.