Lingots d'or
Photo : Dario Hayashi / 123RF

Le métal jaune profite des maux du monde, selon Daniel Greenspan, analyste principal, matières premières, métaux et mines à Gestion d’actifs CIBC.

Cliquez ici pour entendre l’entrevue complète en baladodiffusion sur Gestionnaires en direct, de la CIBC

« L’or est sur une lancée dernièrement; il s’est apprécié de 25 % dans les huit derniers mois. Cela est dû à différentes choses, comme la chute des taux d’intérêt, la guerre commerciale sino-américaine, les tensions au Moyen-Orient et, plus récemment, l’épidémie de coronavirus. L’or se porte généralement bien en période d’incertitude », observe Daniel Greenspan.

À titre d’exemple, l’expert rappelle qu’entre le début 2008 et la fin 2009, en pleine crise financière, l’or est passé de 800 à 1 100 $ US l’once. Depuis, son prix est resté stable, car les investisseurs avaient confiance en une croissance mondiale. Dernièrement, cependant, la volatilité et les faibles taux sont de retour, générant un regain d’attrait pour l’or. Celui-ci tend en outre à bien performer en décembre et en janvier, note Daniel Greenspan.

« À moyen terme, c’est un bon placement, car l’incertitude envers les perspectives économiques mondiales demeure élevée, et on trouve des taux d’intérêt négatifs un peu partout, ce qui est toujours bon pour l’or. À très court terme, cependant, il est surévalué du fait des craintes entourant le coronavirus. Lorsque celles-ci s’apaiseront, son prix redescendra un peu. De toute façon, considérant les taux d’intérêt actuels, l’or est bien positionné pour l’année à venir », dit-il.

Le métal jaune se révèle donc une bonne couverture contre les risques macroéconomiques, ainsi qu’une source de diversification pour les portefeuilles, et c’est un bon moment pour le surpondérer, estime Daniel Greenspan.

Quant aux actions du secteur aurifère, l’expert recommande « des entreprises de qualité dans des juridictions à faible risque », et cite pour exemples l’américaine Newmont Mining et la canadienne Kirkland Lake Gold.

Ce texte fait partie du programme Gestionnaires en direct, de la CIBC. Il a été rédigé sans apport du commanditaire.