Homme d'affaire avec des longues-vues.
Photo : kurhan / 123RF

En raison du potentiel ralentissement économique en 2022, les finances des banques canadiennes devraient se détériorer, avance Fitch Ratings.

La perspective de l’agence de notation pour les banques canadiennes est neutre pour l’année à venir, car elle s’attend à ce que les fondamentaux de crédit des banques se maintiennent en grande partie, même si le contexte économique s’affaiblit.

Selon Fitch Ratings, les profils financiers des banques « se détérioreront modérément, car les conditions de crédit et de bénéfices exceptionnellement favorables continuent de revenir aux moyennes à long terme. »

Alors que la croissance sous-jacente devrait encore être forte l’année prochaine, à 3,7%, cela représente un ralentissement par rapport à la croissance estimée à 5,0% cette année.

« La reprise post-pandémique se prolongera probablement bien au-delà de 2022, contribuant à des bénéfices sains grâce à la baisse des provisions, aux conditions favorables des banques d’investissement et à la reprise de la demande de crédit », prédit Mark Narron, directeur principal chez Fitch, dans un communiqué.

« À plus long terme, nous prévoyons un environnement opérationnel modérément plus faible par rapport à la période pré-pandémique, caractérisé par un effet de levier élevé dans les secteurs privé et public et un marché du logement plus vulnérable », ajoute-t-il.

Les risques pour les perspectives à court terme comprennent l’impact des nouveaux variants du coronavirus sur la croissance, l’inflation et les changements de politique, tels que la proposition d’une surtaxe de 3 % sur les bénéfices des banques supérieurs à 1 milliard de dollars, précise Fitch Ratings.

Les défis à long terme comprennent « les risques pour la qualité des prêts hypothécaires d’une hausse plus rapide que prévu des taux, les risques juridiques et de réputation liés à l’ouverture des services bancaires, et les développements autour des actifs numériques, y compris les étapes exploratoires vers l’émission d’une monnaie numérique », complète l’agence de notation.