Luca Bertolli / 123RF

L’inflation et la géopolitique risquent d’affecter le secteur de la santé, explique Michal Marszal, responsable de la recherche et de la sélection de titres dans le secteur mondial des soins de santé à Gestion d’actifs CIBC.

Cliquez ici pour entendre l’entrevue complète en baladodiffusion sur Gestionnaires en direct, de la CIBC

« Les investisseurs croient trop souvent que ce secteur est à l’abri des grandes tendances macro-économiques et se soucient davantage des facteurs de risque qui lui sont spécifiques, comme les changements réglementaires ou les défis propres aux différents systèmes de santé. Mais ces facteurs n’agissent que de manière limitée sur des poches spécifiques, comme les appareils médicaux. Mais les conditions actuelles sont plus complexes et inhabituelles », observe Michal Marszal.

L’expert fait d’abord référence aux pressions inflationnistes, bien sûr, qui affectent l’ensemble de l’économie. Selon lui, leurs impacts seront très différents selon les sous-secteurs de la santé.

« Dans la pharmacologie, l’impact des hausses de coût sera faible, car les marges sont déjà très élevées, à l’exception peut-être de certains médicaments génériques. Et ces entreprises ont l’habitude de refiler la facture à leurs clients, qui sont souvent des systèmes de santé financés par les gouvernements ou en partie privés. Et elles constituent souvent des oligopoles dans leurs catégories thérapeutiques respectives », décortique Michal Marszal.

L’inflation devrait davantage affecter les appareils médicaux, croit-il, ainsi que les services de soins de santé. Le premier parce que toute hausse des coûts réduira les marges de profit et que les fabricants ont peu de marge de manœuvre pour augmenter leurs prix en conséquence; et le second parce que le marché du travail s’est tant resserré que les ressources humaines deviennent fort coûteuses, surtout lorsqu’elles nécessitent des formations très spécifiques.

« L’inflation provient en bonne partie des ruptures d’approvisionnement, qui ont impacté les prix et les cycles de vente. On a à la fois des coûts en hausse qui affectent les marges, et des pénuries qui retardent la livraison des produits aux clients. Et cela n’est pas spécifique au secteur de la santé ! », note Michal Marszal.

Enfin, l’expert rappelle l’importance des tensions commerciales entre la Chine et les États-Unis sur l’industrie mondiale de la santé.

« Davantage de restrictions ont été instaurées concernant les transferts technologiques entre les deux pays. On voit donc émerger un enjeu d’accès aux marchés pour les multinationales du secteur, et cela affecte leurs perspectives de croissance. »

Ce texte fait partie du programme Gestionnaires en direct, de la CIBC. Il a été rédigé sans apport du commanditaire.