Photo : Jerome Cid / 123RF

À la recherche de plus d’efficacité, la Banque CIBC a prévenu son personnel que des postes seront bientôt supprimés. La direction de CIBC a refusé de dire si le Québec serait touché lorsque Conseiller l’a questionnée à ce sujet. 

C’est le PDG Victor Dodig lui-même qui a fait cette annonce dans une récente note interne, dont le contenu a d’abord été rapporté par le Globe and Mail, puis repris par le Financial Post et Bloomberg.

Le PDG soutient vouloir améliorer un ratio d’efficacité (ce qu’il en coûte pour produire un dollar de revenu), qui est déjà passé de 60,4 % en 2015 à 55,5 % à la fin de 2019. Victor Dodig juge réaliste l’atteinte d’un ratio situé quelque part entre 53,5 % et 54 % pour 2022.

SUPPRESSIONS DE POSTES

Cela passera apparemment par le départ d’un certain nombre d’employés.

Cet effort « comprend une révision de notre équipe pour nous assurer que nous sommes structurés de manière à optimiser nos capacités comme équipe, à simplifier les processus décisionnels et à continuer d’améliorer notre habileté à exécuter notre stratégie et nos priorités, écrit M. Dodig. Avec le résultat que certains membres de notre équipe quitteront la banque dans les prochains mois. »

MOUVEMENT GLOBAL

La décision de CIBC poursuit un mouvement qui touche aussi d’autres banques canadiennes. En décembre, la Banque de Montréal confiait qu’elle éliminerait environ 5 % de son personnel, soit jusqu’à 2 300 emplois. Il s’agit de la plus importante restructuration de personnel dans une banque canadienne depuis 15 ans. 

La Banque Royale du Canada a consacré 113 millions de dollars en paiement d’indemnités de départ et autres coûts liés à des suppressions de postes au quatrième trimestre de 2019, illustre aussi le Financial Post. La TD a déclaré une dépense de 154 millions de dollars pour la même période pour des raisons similaires. 

Victor Dodig admet sentir la pression de cette course à l’efficacité. « Nos efforts pour devenir une banque plus simple et plus efficace sont en phase avec le secteur des services financiers », conclut-il.

UN ANNIVERSAIRE

Cette information sort au moment où la CIBC célèbre le 10e anniversaire de la première application mobile de services bancaires au Canada, lancée le 2 février 2010.

« La Banque CIBC est fière de souligner le 10e anniversaire de la première application de services bancaires mobiles au Canada, marquant la première fois où les Canadiens avaient la possibilité d’effectuer leurs opérations bancaires lors de leurs déplacements au moyen de leur téléphone intelligent, n’importe où, a déclaré Aayaz Pira, premier vice-président, Services bancaires numériques et directs. Le paysage numérique a grandement évolué au cours de la dernière décennie, alors qu’une innovation en matière de services bancaires mobiles ouvrait la voie à une autre. »

En 2017, à la suite de l’introduction d’Android Pay, la Banque CIBC devenait la première institution financière du Canada à offrir les trois principales options de paiement mobile. De plus, elle devenait au cours de la même année la première grande banque du pays à offrir une évaluation du crédit sans frais  à ses clients par ses services mobiles.

UNE PREMIÈRE

L’an dernier, elle devenait aussi la première banque du pays à offrir à ses clients la possibilité de remplacer une carte perdue ou volée au moyen de services numériques ou mobiles et d’utiliser cette nouvelle carte immédiatement par leur portefeuille mobile avant même son arrivée.

« Nous sommes déterminés à proposer des solutions numériques de pointe visant à faciliter les opérations bancaires de nos clients au moment et à l’endroit qui leur convient, et à les aider à réaliser leurs ambitions », a poursuivi M. Pira.

Les porte-paroles de l’institution bancaire n’ont pas voulu répondre aux questions de notre journaliste.