Un marteau de justice sur un bureau.
Photo : phartisan / 123RF

L’Autorité des marchés financiers a décidé d’intenter une poursuite pénale à l’encontre de Raymond Béchard, annonce l’AMF dans un communiqué diffusé vendredi.

La poursuite, qui se déroule dans le district judiciaire de Québec, comporte 17 chefs d’accusation, soit huit chefs de placement sans prospectus, huit autres chefs d’exercice illégal de l’activité de courtier en valeurs et un dernier chef pour avoir transmis des informations fausses ou trompeuses à plusieurs investisseurs à propos d’une opération sur des titres.

Au terme du travail d’investigation mené par ses enquêteurs, l’Autorité estime que Raymond Béchard aurait notamment « approché des étudiants fréquentant l’établissement scolaire où il travaillait afin de former un club d’investissement ». L’enquête a par ailleurs montré qu’« une douzaine de personnes » auraient investi en utilisant ses conseils, dont « des élèves ou des membres de leur famille ».

ATTENTE DE PLAIDOYER

Interrogé par Conseiller, entre autres pour savoir de quel établissement scolaire il s’agissait et également si les élèves concernés étaient mineurs au moment des faits reprochés, le porte-parole de l’Autorité s’est refusé à tout commentaire. « Dans l’état actuel du dossier, nous n’avons aucune information supplémentaire sur le sujet, d’autant plus que nous attendons toujours le plaidoyer de M. Béchard », s’est borné à répondre Sylvain Théberge.

L’AMF précise que ce dernier dispose en effet d’un délai de 30 jours pour enregistrer un plaidoyer. C’est ensuite le tribunal qui devra se prononcer à la lumière de la preuve qui sera présentée devant lui.