Le signe "j'aime", soit un point avec le pouce vers le haut, en or sur un fonds noir
chaofann / iStock

Plus de quinze ans après qu’un collègue lui ait dit qu’il ne réussirait jamais à percer dans la profession avec un nom iranien, Sean Khaligh a lancé Palos Verdes, une société indépendante affiliée à LPL Financial, raconte le Financial Planning

Au début de sa carrière, ce dernier avoue avoir été motivé par la prédiction négative de son collègue. Cela lui a permis de lui prouver des années plus tard, qu’il avait tort. Cet immigrant iranien qui est arrivé en Californie avec sa famille à l’âge de 12 ans et ne parlait alors pas anglais, peut se vanter d’avoir réussi avec brio. Après 14 ans auprès de Wells Fargo Advisors, où il a créé un cabinet avec 170 millions de dollars d’actifs, Sean Khaligh a décidé de lancer sa propre entreprise avec Peter Haroun comme directeur général des investissements.

« L’industrie dans laquelle nous travaillons aujourd’hui est très différente de celle dans laquelle j’ai été embauché il y a 17 ans, à bien des égards, a témoigné Sean Khaligh dans un courriel à Financial Planning. Nos clients ont plus que jamais besoin de conseils d’experts, d’une attention plus individualisée et de soins. Nous devons passer autant de temps à conseiller de manière proactive nos clients et la prochaine génération sur leurs objectifs et les aider à naviguer dans ces environnements économiques et législatifs en évolution rapide, de manière prudente et objective. »

Sean Khaligh a beaucoup réfléchi avant de se lancer comme indépendant et conseille à ceux qui veulent le devenir également de faire comme lui et de poser beaucoup de questions aux cabinets potentiels afin de trouver l’option qui leur convient.

Lui-même s’est associé avec l’une des plus grandes entreprises de LPL, The Financial Services Network, qui compte plus d’une centaine de représentants enregistrés et possède 6,38 G$ d’actifs sous gestion.

« Pour moi, la réputation est très importante, et LPL et son réseau répondent à ce critère, explique-t-il. Je venais également d’une grande entreprise où j’étais habitué à un certain volume de ressources et je voulais m’assurer qu’elles seraient disponibles pour moi et mes clients afin de gérer une pratique efficace et efficiente. Je ne voulais pas que ma réputation et ma marque soient entre les mains de quelqu’un d’autre ou d’un groupe de personnes où je n’avais aucune influence ou, si j’en avais une, cela prendrait des mois pour être entendu et éventuellement exécuté. »

Pendant la pandémie, nombre de conseillers se sont détachés de leur société pour devenir indépendants. Wells Fargo en a perdu 1387 au cours des 12 derniers mois. À l’inverse, les effectifs de LPL ont grimpé. Après avoir recruté des conseillers avec 80 milliards de dollars d’actifs de clients au cours des 12 derniers mois, la force de conseillers de LPL a bondi de 13% d’une année sur l’autre.