Pistolet à essence devant des graphiques boursiers.
Photo : bluebay / 123RF

Plusieurs sont à saisir dans le secteur pétrolier nord-américain, note Brian See, gestionnaire de portefeuille à Gestion d’actifs CIBC.

Cliquez ici pour entendre l’entrevue complète en baladodiffusion sur Gestionnaires en direct, de la CIBC

Il en cite trois en particulier : l’américaine Concho Resources, la britannique BP et la canadienne Enbridge.

« Concho Resources est un joueur à bas coût du bassin permien, où la capacité de transport du pétrole par pipeline vers le golfe du Mexique va être augmentée d’ici la fin de l’année. Sous réserve de leur acquisition de RSPP Petroleum, nous pensons que l’entreprise a devant elle plusieurs années de croissance à un cours attrayant », dit Brian See.

La multinationale BP, quant à elle, illustre bien l’adage « le malheur des uns fait le bonheur des autres », et en l’occurrence les malheureuses sont les pétrolières canadiennes, qui ne sont pas au bout de leurs péripéties politiques et réglementaires.

« Les producteurs canadiens en amont du marché sont forcés de vendre le brut à rabais, et cela permet aux raffineries en aval comme celles de BP, qui sont très présentes aux États-Unis, de réduire leurs coûts dans la production d’essence et de diesel. De plus, BP a récemment acquis les actifs de [l’australienne] BHP dans le domaine du gaz de schiste aux États-Unis, qu’elle va pouvoir utiliser comme leviers de croissance », explique l’expert.

De son côté, Enbridge s’en sort étonnamment bien parmi les entreprises du secteur de l’énergie canadien, selon Brian See.

« L’entreprise a pris des mesures sérieuses pour [stabiliser] ses états financiers, simplifier sa structure de société principale en commandite simple, et revenir sur une trajectoire de croissance. Nous croyons donc qu’Enbridge offre un bon prix quand on considère ses dividendes et ses perspectives de croissance. »

Ce texte fait partie du programme Gestionnaires en direct, de la CIBC. Il a été rédigé sans apport du commanditaire.