Photo : gajus / 123RF

Oui aux banques, aux gestionnaires d’actifs et aux appartements en location ; mais non aux pièces d’auto, recommande Stephen Carlin, directeur général, marchés d’actions à Gestion d’actifs CIBC.

Cliquez ici pour entendre l’entrevue complète en baladodiffusion sur Gestionnaires en direct, de la CIBC

« Les banques canadiennes offrent de belles perspectives, surtout la TD et la Banque de Montréal car elles sont davantage exposées au marché américain et leurs opérations au sud de la frontière ont connu une belle croissance », dit Stephen Carlin.

L’expert rappelle un avantage important des banques : leurs dividendes, qui sont au-dessus de 4 % pour l’ensemble du secteur.
« Toujours au sein du secteur financier, nous apprécions le potentiel à long terme de Brookfield Asset Management et de leurs filiales. Leur actif sous gestion est en croissance, et ils ont plusieurs avantages de taille. Ils viennent d’annoncer l’acquisition d’Oaktree qui va générer de belles synergies à long terme.

Et leurs revenus proviennent largement des frais de gestion, qui leur assurent une croissance continue. Nous croyons que leur titre ne s’échange pas actuellement à un prix qui reflète pleinement leur valeur », dit Stephen Carlin.

« Pour les investisseurs qui recherchent des dividendes, nous recommandons l’une des filiales du groupe, Brookfield Infrastructure Partners, qui reverse actuellement de 4 à 4,8 % par an à ses actionnaires », poursuit-il.

[Note : Brookfield Asset Management est l’un des gestionnaires délégués de Gestion d’actifs CIBC et est régulièrement invité dans ces pages ainsi que dans la balado Gestionnaires en direct.]

L’expert se tourne ensuite vers l’immobilier, et plus précisément les fonds de placement immobilier (FPI) qui gèrent des appartements à louer.

« Canadian Apartment Properties a une solide base de loyers qui tendent à monter, et offre des dividendes très attrayants », souligne Stephen Carlin.
À l’opposé, il se méfie du marché des pièces d’auto qui fait face à des vents contraires.

« Nous observons une certaine faiblesse de la demande dans l’automobile en général, et dans les ventes d’autos neuves. Cette faiblesse est notamment marquée en Asie. J’aurais tendance à être prudent dans ce secteur. Une entreprise comme Magna que nous connaissons très bien est de très bonne qualité, mais fait malheureusement face à des tendances fondamentales peu attrayantes dans l’ensemble du secteur, en comparaison à d’autres pans du marché financier. »

Ce texte fait partie du programme Gestionnaires en direct, de la CIBC. Il a été rédigé sans apport du commanditaire.