Photo : Brian Jackson / 123RF

Sur les sites de rencontre en ligne, on peut rencontrer le nouvel amour de sa vie. Mais attention, les fraudeurs y sont aussi présents. Ils sont aussi actifs sur les applications de messagerie. La vigilance est donc de mise pour éviter des pertes financières.

Selon le Centre antifraude du Canada, les arnaques à l’investissement et les stratagèmes de rencontre représentaient les deux formes de fraude les plus signalées en 2021.

Le nombre de stratagèmes de rencontre a augmenté de 24 % en 2021 comparativement en 2020. Il y a eu 1 928 cas recensés qui ont occasionné des pertes de plus de 64 millions de dollars, soit plus du double de l’année précédente.

Les Autorités canadiennes en valeurs mobilières (ACVM) mettent donc en garde le public pour éviter de tomber dans les pièges des arnaqueurs.

DES STRATAGÈMES CONSTAMMENT RENOUVELÉS

Ceux-ci déploient différentes tactiques pour parvenir à leurs fins, profitant du fait que l’on passe davantage de temps en ligne. À l’aide d’applications de rencontre ou de messagerie, ou en communiquant sur les médias sociaux, ils amènent les gens par la manipulation à nouer des relations amicales ou amoureuses virtuelles.

Une fois leur confiance gagnée, ils font miroiter une « occasion d’investissement » et convainquent la victime de verser un paiement initial, puis un autre, et ainsi de suite. Avant que la personne réagisse, les pertes peuvent être substantielles.

Un autre stratagème utilisé : les fraudeurs prennent le contrôle des médias sociaux d’un ami de la personne visée. Se faisant passer pour lui, il incite facilement sa proie à saisir la prétendue occasion d’investissement. Se sentant en confiance, elle baissera plus facilement la garde.

Il faut savoir que les arnaqueurs se renseignent sur leurs éventuelles victimes en ligne, notamment en parcourant leurs publications sur les médias sociaux, afin d’adapter leur stratégie à chacune d’elles et d’ainsi optimiser leurs chances de succès.

Des fraudeurs arrivent même à persuader leur victime de lui donner accès à distance à son ordinateur pour lui montrer un site d’investissement — frauduleux, bien évidemment — promettant des rendements alléchants. Les fonds versés peuvent servir à l’achat de produits de placements, dont des cryptoactifs. Une fois l’argent reçu, les arnaqueurs coupent tout moyen de communication.

« Les fraudeurs s’en prennent à des personnes de tous les âges et milieux démographiques – nul n’est à l’abri. D’où l’extrême importance de savoir reconnaître les signes de la fraude à l’investissement et de toujours faire ses propres vérifications avant de confier son argent », conseille Louis Morisset, président des ACVM et président-directeur général de l’Autorité des marchés financiers.

RECOMMANDATIONS

Avant de verser de l’argent à une personne rencontrée virtuellement, mieux vaut faire certaines vérifications préalables, recommandent les ACVM.

  • Il faut toujours se méfier des offres d’investissement non sollicitées de la part de nouvelles connaissances ou d’un nouvel amoureux. Pour savoir si l’occasion est bien réelle, il est possible de vérifier à l’aide du Moteur de recherche national de renseignements sur l’inscription si l’entité ou la personne dont provient l’offre est inscrite auprès des autorités en valeurs mobilières de votre région tel qu’exigé par la loi.
  • Attention aux promesses de rendements élevés sans risque ou presque. Ça n’existe tout simplement pas.
  • Il faut résister à la pression d’investir sur-le-champ même si vous avez peur de rater une occasion. Ce n’est qu’une tactique des arnaqueurs qui veulent créer un sentiment d’urgence et vous empêcher de faire les vérifications appropriées. Il est correct de dire non et de prendre le temps qu’il faut pour se renseigner et demander un avis indépendant.
  • Poser des questions. Les fraudeurs fournissent souvent des documents complexes et des explications incohérentes, compliquées à outrance et parsemées de jargon. Si vous n’êtes pas certain de comprendre ou que les réponses à vos questions sont insatisfaisantes, passez votre tour.

Enfin, les personnes qui croient avoir rencontré ce type de fraudeur ou en être victimes devraient communiquer avec l’autorité en valeurs mobilières de leur province ou territoire.