Une conseillère discute avec une cliente.
Photo : kate_sept2004 / istockphoto

Le jargon financier peut décourager les femmes et les faire douter de leur capacité à prendre en main leurs finances. « Il faut savoir vulgariser et communiquer l’information comptable et financière en utilisant un vocabulaire simple et compréhensible. Ce n’est pas vrai que toutes les femmes connaissent le jargon financier, le maîtrisent et sont capables de faire le lien entre les divers aspects de la finance », indique Nafissa Abarbach, directrice Finance et TI chez Les Agences Robert Janvier.

L’auditrice s’implique depuis plusieurs années dans l’éducation financière avec CPA Canada. Le 8 mars, pour la Journée internationale de la femme, l’équipe de littératie financière de CPA Canada et la Canada Vie lancent une série de six webinaires à l’intention des femmes pour leur apprendre à analyser leur rapport à l’argent, planifier les finances en vue d’un congé parental ou encore gérer leurs affaires après la perte du conjoint.

« Gérer ses finances est déjà un défi quand on ne possède pas les notions de base en finances. Si on y ajoute la complexité du système fiscal, la difficulté à jongler avec le coût de la vie et la nécessité d’épargner, cela peut sembler très compliqué », rappelle Nafissa Abarbach. Le tableau se corse lorsque survient un événement malheureux, comme une séparation ou un deuil. Les femmes se retrouvent alors souvent déstabilisées.

Elle cite l’exemple d’une femme dont le conjoint a été frappé subitement par la maladie d’Alzheimer. Elle s’est retrouvée sans y être préparée à devoir du jour au lendemain gérer les finances du ménage, en plus du chagrin et du stress éprouvés. Une situation pénible à affronter.

L’auditrice recommande d’encourager les clientes à développer leurs connaissances et à mettre en place de saines habitudes financières quand tout va bien, avant qu’un événement imprévu survienne.

Voici quelques astuces à rappeler aux clientes pour leur simplifier la tâche :

  • Rendre les choses faciles : nul besoin d’utiliser un logiciel sophistiqué pour gérer un budget. Un chiffrier consignant les revenus et les dépenses du mois suffit. L’important est que la cliente voit d’un coup d’œil où son argent est dépensé. « Pour être suivi, un budget doit être facilement compris », souligne Nafissa Abarbach.
  • Établir des objectifs concrets : des dettes à rembourser, un voyage, l’achat d’une maison, l’école pour les enfants, etc. Les objectifs doivent être réalistes et cohérents avec les revenus.
  • Encourager la discipline : le budget doit être suivi régulièrement, chaque mois ou par période de paye. Il doit inclure les dépenses imprévues. « Un suivi régulier permet de savoir où couper en cas de besoin pour maintenir les objectifs financiers », souligne la directrice financière.
  • Favoriser l’éducation financière : le conseiller peut encourager ses clientes à lire des articles, à suivre des blogues ou à assister à des webinaires. En comprenant mieux certaines notions financières de base, celles-ci pourront devenir plus autonomes et prendre de meilleures décisions.

En rendant l’information financière plus compréhensible aux clientes, vous contribuez également à renforcer le lien de confiance qui vous unit et à développer une relation valorisante pour les clientes comme pour vous-mêmes.