Beaucoup de doute persiste concernant les politiques de commerce extérieur de la nouvelle administration Trump. Les investisseurs devraient donc positionner leur portefeuille de façon préventive, explique Larry Antonatos, directeur général et gestionnaire de portefeuille à Brookfield Asset Management.

Cliquer ici pour entendre l’entrevue complète en baladodiffusion sur Gestionnaires en direct.

« On s’attend à une croissance accélérée aux États-Unis après l’arrivée au pouvoir de l’administration Trump. Cependant, certaines de ses politiques pourraient limiter le commerce extérieur et influencer négativement la croissance mondiale », dit Larry Antonatos.

La stratégie pour se protéger : surpondérer l’Amérique du Nord, dit-il. À condition de ne pas y inclure le Mexique…

« Nous croyons que la croissance nord-américaine va surpasser celle du reste du monde. Les pays émergents sont davantage à risque, surtout le Mexique, en raison des politiques protectionnistes potentielles aux États-Unis. »

Du point de vue sectoriel, les infrastructures sont à privilégier, notamment dans les sous-secteurs du pétrole et du transport sous toutes ses formes.

« Le pétrole et le gaz vont profiter de la réduction de la réglementation et de la politique d’indépendance énergétique de l’administration Trump. De même, les routes, ports et aéroports vont être favorisés par la croissance. En revanche, les services d’utilité publique comme l’électricité, le gaz et l’eau sont moins sensibles à la croissance », dit Larry Antonatos.

Une fois positionnés ainsi, les investisseurs n’ont plus qu’à observer la suite des choses.

« Nous surveillons de près les mouvements du commerce mondial pour bien comprendre les conséquences des politiques de Donald Trump. Nous suivons aussi l’offre, la demande et l’évolution des prix du pétrole afin d’identifier les vents porteurs et les vents contraires pour les infrastructures du secteur de l’énergie », détaille l’expert.

« De façon générale, les investisseurs devraient se tenir prêts pour des guerres commerciales et d’autres risques géopolitiques qui peuvent limiter la croissance mondiale et affecter leurs actifs. »