Une photo des 5 personnages de la série HBO Succession. 2 sont assis sur un divan, les trois autres sont debout derrière.
Crédit: Succession HBO (Instagram)

Succession est une série télévisée produite par le réseau HBO, qui retrace le quotidien d’un patriarche, Logan Roy, dont les enfants se disputent l’héritage. Dans un récent article, Barron’s donne la parole à des experts qui expliquent que ce scénario est loin d’être fictif. Découvrez leurs conseils sur la gestion de succession pour éviter de se retrouver dans une situation aussi épineuse.

Pour ces conseillers, Succession met à l’écran une situation qu’ils affrontent quotidiennement avec leurs clients : la gestion de la succession.

« Cela implique beaucoup de questions concernant la place de chacun au sein de la famille, la façon dont une personne est perçue par ses parents et ses frères et sœurs, les expressions d’amour et de fidélité, ainsi que le rôle que jouent l’argent et le pouvoir, déclare Glenn Kurlander, chef de la gouvernance familiale chez Morgan Stanley Gestion de patrimoine. Si la succession ne consistait qu’en des structures fiscales et légales, le défi serait plus facile à gérer. »

La planification successorale, selon Barron’s, ne prévoit pas de mécanisme pour les situations exceptionnelles, telles que les disputes qui pourraient résulter d’un sentiment d’injustice vécu par un des héritiers.

« Ces planifications ne sont pas efficaces parce que la génération suivante n’y a pas consenti. Elles créent seulement un effet tranquillisant », note Amy Castoro, présidente du Groupe Williams.

Il est important de définir les paramètres d’une succession réussie. Pour les familles qui détiennent de grandes compagnies, telle que la famille Roy, la question de la désignation d’un successeur à la direction se pose. Dans ce cas particulier, l’avis général est que les enfants ne sont que rarement la meilleure option.

« Même les plans de succession établis échouent souvent à cause de conflits non résolus au sein de la famille », souligne Arne Boudewyn, président du Institute for Family Culture at Abbot Downing, une division de Wells Fargo. « Les dynamiques familiales complexes en affaires mènent souvent à l’impossibilité de garder l’entreprise dans la famille. Les règles sont souvent mal définies vagues ou abstraites. »

Pour éviter ce genre de tensions et risques, il est nécessaire de définir, préalablement, le rôle de chaque membre de la famille dans une situation de succession. Il faut que chacun d’eux soit au courant de ce qui l’attend, et qu’il y ait un minimum d’accord quant à la répartition des richesses et des tâches.

Peter Begalla, consultant en planification successorale, précise que sans un plan défini et connu de tous, le risque d’échec de l’affaire familiale est élevé. Et dans le cas où les générations suivantes réussissent à préserver cet héritage, les conflits peuvent persister à travers deux ou trois générations.

Autant de facteurs qui exigent la minutie dans de tels dossiers.