Un homme qui travaille sur son ordinateur dans son lit, son chien est à côté de lui.
Sonja Rachbauer / iStock

On devrait éviter de préférer le lit au bureau pour le télétravail, car cela a des impacts sérieux sur la santé et sur la productivité.

Le télétravail peut se faire depuis n’importe quelle pièce de la résidence. Mais sa place ne devrait pas être dans le lit. Pourtant, de plus en plus de télétravailleurs passent du temps à travailler dans leur lit depuis le début de la pandémie de COVID-19, relève Avantages.

Aux États-Unis, un télétravailleur sur dix aurait passé la plus grande partie de sa semaine de travail au lit, voire toute sa semaine de travail, au cours des derniers mois.

Ce choix n’en serait pas vraiment un, car une portion importante de ces télétravailleurs s’installerait dans leur lit faute d’avoir un équipement plus adéquat pour travailler depuis leur logement.

Pour les télétravailleurs qui ne disposent pas de chaise de bureau, mieux vaut tenter de recréer un poste de travail avec une certaine ergonomie, plutôt que de rester dans son lit. Cela peut consister en l’utilisation d’une simple chaise et d’une table à repasser. Cette dernière est en effet réglable en hauteur, permettant au télétravailleur de la régler afin d’être installé le plus confortablement possible.

C’est qu’en restant travailler dans son lit, on risque des maux de tête et de dos. Ces douleurs peuvent survenir rapidement, ou quelques jours plus tard, voire à plus long terme.

PAS D’AUTRES CHOIX

Si le lit demeure le meilleur endroit pour travailler, il devrait être adapté pour maintenir le bas du dos, en enroulant un oreiller, par exemple, pour soutenir les lombaires. La position assise doit être privilégiée, alors que la position couchée sur le dos doit être évitée. Les yeux doivent être à la hauteur du haut de l’écran, et les mains doivent être détendues sur le clavier, sans que les poignets soient pliés.

Un des plus grands dangers est de passer trop de temps au lit, que ce soit pour le travail ou pour regarder des écrans. En effet, le cerveau associe le lit à la réalisation de toutes sortes d’activités : il n’est plus le lieu du repos. Et il devient alors plus difficile de trouver un vrai repos même lorsqu’on va au lit pour dormir.

À terme, c’est la productivité du travail qui finit par diminuer.

Le lit devrait être réservé à dormir, faire l’amour, et se reposer quand on est malade, précise Rachel Salas, professeure associée de neurologie et spécialiste du sommeil à l’université Johns Hopkins du Maryland, questionnée par Avantages.