Calculatrice et courbe de rendement.
Photo : filmfoto / 123RF

Ce type de fonds négociés en Bourse (FNB) fait plus que simplement suivre un indice, explique David Stephenson, directeur général, stratégie FNB à Gestion d’actifs CIBC.

Cliquez ici pour entendre l’entrevue complète en baladodiffusion sur Gestionnaires en direct, de la CIBC

« Les FNB multifactoriels permettent d’investir dans un portefeuille d’actions comportant plusieurs caractéristiques précises, ou facteurs. Ils offrent aux investisseurs un potentiel de performance supérieur à une approche passive, tout en demeurant plus abordables que des fonds à gestion active », dit David Stephenson.

La plupart des FNB multifactoriels sont bâtis à partir d’un indice traditionnel pondéré sur la capitalisation boursière, par exemple l’indice S&P 500. La stratégie est ensuite peaufinée selon plusieurs approches possibles.

« L’approche intégrée consiste à cibler tous les titres de l’indice qui présentent les facteurs recherchés. On garde ensuite les plus hauts classés par capitalisation. L’approche isolée, en revanche, consiste à cibler chaque facteur dans un groupe distinct, par exemple les titres à basse volatilité, les titres à momentum et les titres de type valeur, puis à conserver les plus hauts classés de chaque groupe. Aucune approche n’est bonne ni mauvaise, mais il faut comprendre leurs différences en termes de contrôle du risque », explique David Stephenson.

Bien qu’il existe des centaines de facteurs possibles, les cinq plus souvent recherchés sont la valeur, le momentum, la capitalisation, la qualité et la basse volatilité. On les retrouve dans toutes les catégories d’actifs et marchés de par le monde, note l’expert. Tous les émetteurs canadiens de FNB permettent de cibler au moins deux de ces facteurs, ainsi que d’autres comme les dividendes versés par un titre. Quels que soient les facteurs retenus, ils ont une influence importante sur le portefeuille d’actions obtenu.

« Les FNB pondérés uniquement selon la capitalisation boursière offrent un miroir du marché, et les plus grosses entreprises y sont donc les plus représentées. Par exemple, dans un FNB du S&P 500, Microsoft aura 436 fois le poids de Nordstrom et aura donc plus beaucoup d’influence sur les performances. Mais dans un FNB multifactoriel, ces deux titres peuvent avoir des pondérations différentes. Il est donc important de comprendre la stratégie sous-jacente comme on le ferait pour choisir un fonds géré activement », dit David Stephenson.

Bien sûr, il existe déjà des FNB spécialisés dans chacun des facteurs recherchés, comme la valeur ou la basse volatilité. Mais l’avantage des FNB multifactoriels est d’obtenir une bonne diversification, selon l’expert.

« Les facteurs sont cycliques et difficiles à prévoir. Par exemple, les titres de type croissance ont surperformé par rapport aux titres de type valeur depuis dix ans. Mais auriez-vous eu la patience d’attendre aussi longtemps avant de voir la valeur surperformer? Les FNB multifactoriels tirent parti de facteurs complémentaires pour générer des performances plus efficacement. Ils peuvent être combinés à des fonds gérés activement et à des fonds indiciels passifs. Il est peu probable que plusieurs facteurs sous-performent au même moment, et donc le risque s’en trouve réduit sans affecter le potentiel de performance », dit David Stephenson.

Comme tout placement, les FNB multifactoriels comportent bien sûr leur lot de risques, reconnaît-il.

« Certains environnements peuvent les faire sous-performer, par exemple si les performances du marché sont concentrées sur seulement quelques titres, ou si un facteur unique performe particulièrement bien. D’où l’importance, encore une fois, de comprendre comment ces fonds sont bâtis », dit l’expert.

Les FNB multifactoriels se sont multipliés dernièrement au Canada. Lesquels choisir?

« La conception de chaque fonds détermine le rôle qu’ils jouera dans un portefeuille. Dans l’ensemble, les FNB multifactoriels permettent aux investisseurs de se concentrer sur les performances à long terme : des recherches ont démontré qu’ils finissent par battre les fonds indiciels généralistes », dit David Stephenson.

« Enfin, les coûts sont importants. Même si beaucoup de FNB multifactoriels sont très compétitifs, il faut les comparer à des fonds indiciels généralistes pour évaluer l’impact des coûts sur les performances. »

Ce texte fait partie du programme Gestionnaires en direct, de la CIBC. Il a été rédigé sans apport du commanditaire.